Luchini, père et fille

Mon père n'était pas du tout, mais alors pas du tout emballé à l'idée que je fasse du cinéma... Il me répétait dès qu'il le pouvait qu'il fallait que j'arrête, que c'était un milieu cruel...

Mais là ça c'est passé de façon complètement limpide, sans calcul.

Il y avait dans mon scénario un rôle qui lui correspondait bien : le père de Martin, un mec obsédé par l'amour, le mariage et les compositions florales...

Je lui ai proposé comme une évidence, et il a accepté très naturellement… Je ne vous cache pas que je me suis quand même demandé comment ça allait se passer. Pas tellement parce que c'est mon père mais plus parce que c'est quand même un acteur incroyable, d'une immense trempe. Ça me paraissait fou de lui dire, moi Emma, petite réalisatrice “attend Fabrice, tu vas faire ci tu vas faire ça…”

Ça a été magique. Il n'a jamais fait preuve de condescendance du style "tu débutes mon petit, je sais mieux". Mais il a écouté mes indications et complètement respecté ma façon de diriger.

J'ai une grande reconnaissance dans le fait qu'il n'est jamais remis en cause mon autorité artistique...

Toutes les infos sur Un début Prometteur.

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement