Le Portrait de Dorian Gray : une pièce rock à souhait

Dorian Gray ? “Le” chef d’oeuvre sulfureux signé Oscar Wilde de nouveau sur les planches au Lucernaire, derrière le Luxembourg dans une mise en scène canon et très actuelle.

On vous refait le pitch. Londres, fin 19e : il était une fois le sublime dandy Dorian Gray. Son ami Basil, éperdument amoureux de lui, décide de peindre son portrait. Sous l’influence du machiavélique Lord Henry, Dorian prend conscience du temps qui passe et rêve de jeunesse éternelle.

Il passe alors un pacte avec le diable et formule le souhait que la peinture vieillisse à sa place, voeu exaucé en échange de son âme. Pouvant désormais profiter des plaisirs de la chair à l’infini, il se fait rattraper par son double maudit...

Pour la petite histoire : Dorian Gray, l’oeuvre très autobiographique du décadent écrivain, lui a carrément valu d’être mis en prison pour avoir vécu ce qu’il avait écrit. Comprenez la débauche en pleine époque victorienne, la fréquentation assidue d’orgies, l’homosexualité et un hédonisme exacerbé. How shocking !

On adore : la prestation de Valentin de Carbonnières, sexy en diable dans le rôle titre, et celle de Thomas Le Douarec, également à la mise en scène, et convaincant en dandy atrocement misogyne.

Le Portrait de Dorian Gray, jusqu’au 3 avril 2016 au Théâtre du Lucernaire. 20h du mardi au samedi, 17h le dimanche. Dimanches 20 et 27 mars et 3 avril à 18h.

Par Clémence Renoux @clemence_rnx

Où le trouver ?

Le Lucernaire

53, rue Notre-Dame des Champs

75006 Paris

01 42 22 26 50

lucernaire.fr

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement