Vive le Prix de la Closerie !

Avis aux intellos glam’ ! Le prix littéraire le plus chic du printemps a été décerné mardi à Lola Lafon pour son roman truculent « La petite communiste qui ne souriait jamais », paru aux éditions Actes Sud.

Pour les néophytes, sachez que le prix de la Closerie des Lilas, n’est autre que la petite sœur du Prix de Flore (inventé par Frédéric Beigbeder himself) et couronne chaque année une romancière de langue française. Ou l’art de consacrer la littérature des femmes…

Imaginez donc un jury de Parisiennes pur-jus, de Roselyne Bachelot en passant par Mazarine Pingeot, Cécilia Attias ou Tatiana de Rosnay…. Autant dire que tout le gratin intello-chic se pressait hier pour faire la fiesta et siroter des coupettes de champ’ au cœur de la plus littéraire des soirées branchées…

Reste à donc à filer acheter le roman de la brillante Lola Lafon pour un bouquin à très haute valeur ajoutée et briller dans les dîners en ville….

Le pitch ? Le destin d’une petite gymnaste roumaine aux J.O de Montréal de 1976 qui obtint la note parfaite 10/10. Ou l’art des petites sportives sacrifiées pour le rayonnement d’une dictature…

La petite communiste qui ne souriait jamais, aux éditions Actes Sud. 21€

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement