Chic - Le Royal Monceau, palace nouveau genre

Après deux ans de travaux pharaoniques, le mythique hôtel de l'avenue Hoche, rouvre ses portes, totalement réinventé par Philippe Starck.

Son inspiration ? Pour les parties publiques de l'hôtel, les années 20-30.

Traduction: des lampes Vallauris, du mobilier moderniste en cuir-magnifique-, des tapis géométriques, bref, une allure d'entre deux guerres mais parfaitement contemporaine, ultra convaincante.

Le bar est une longue galerie dotée d'une table non moins longue, étonnamment féminin. Les deux restaurants sont à priori très excitants: La cuisine est une sorte de bistrot de palace commandé par Laurent André, ancien de chez Ducasse, et Il Carpaccio est un restaurant d'obédience sicilienne, façon terrorio-classe, dans un décor ultra élégant (la porte est recouverte de coquillages collés à la main par Thomas Boog himself).

Le Royal Monceau se caractérise également par sa forte intention artistique: outre les œuvres d'art qui habitent et habillent l'hôtel, une librairie dédié à l'art contemporain (plus de 700 titres, magazines et catalogues d'expo) équipée d'un écran qui permettra de suivre en temps réel les plus belles ventes aux enchères, une « Art Concierge » chargée de conseiller les clients de l'hôtel sur les expos à voir, une collection d'art contemporain, surtout photographique, et pour lancer la saison, dès l'ouverture, une expo de dessins inédits de Basquiat.

Et au premier trimestre 2011, outre le spa My Blend by Clarins et la plus grande piscine d'hôtel de Paris, le 41, soit la galerie d'art mitoyenne de l'hôtel ouvrira ses portes, tout comme Le Royal Eclaireur, la boutique mode-déco chapeautée par l'équipe de L'Eclaireur.

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement