Le retour de Fauré le Page, des armes de guerre aux armes de séduction

Après Carven et Courrèges, la Maison Fauré le Page, fondée en 1717, est la nouvelle belle endormie qui se réveille après quelques années de sommeil. Fraîchement installé rue Cambon, l’ancien arquebusier et fourbisseur de Louis XV et de Bonaparte a abandonné la production d’armes pour « munir » les fashionistas en it-bags et accessoires « canons ».

Dans cette boutique aussi chic qu’originale façon cabinet de curiosités, les sacs et pochettes du soir se mêlent aux armures, cottes de mailles et coffrets d’armes, vestiges de l’époque des duels.

La nouvelle collection est un clin d’œil à l’histoire de la maison. On a craqué pour la pochette en agneau « petit calibre » (620 €) inspirée de la forme des pistolets à porter en sac du soir, la pochette « gun » (185 €) à glisser dans le sac et les cabas en toile cirée à motifs écailles déclinés en brun, bleu, gris et  jaune (550 €).

On aime aussi : l’étui Ipad (180 €), le sac à anse personnalisable (1 150 €) et comble de luxe, le siège de battue (690 €) à installer en tabouret dans le salon.

Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h

Où le trouver ?

Fauré Le Page

21, rue Cambon

75001 Paris

01 49 27 99 36

faurelepage.com

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement