Haleigh Walsworth, une California Girl à Paris

Lumineuse, pétillante, solaire, Haleigh Walsworth coche toutes les cases du mythe californien. Installée depuis 9 ans à Paris, cette digital girl originaire de Santa Barbara crée du contenu pour des marques prestigieuses (Lancôme, Christophe Robin…). Photographe et vidéaste professionnelle, elle partage ses aventures et ses projets sur son site www.haleighwalsworth.com et son compte Instagram @byhaleigh. Entre deux shootings, elle décrypte pour nous dans un français parfait les différences entre Paris et L.A. Let’s go !

Connaissiez-vous Paris avant d’y vivre ?

place des vosges

J’étais déjà venue deux fois avant de m’y installer. Pour moi, c’était la ville idéale. La vie me paraissait simple, bohème. Je suis arrivée à 20 ans pour suivre mes études de communication, c’était la bonne excuse. Après l’Université Américaine de Paris, j’ai commencé à travailler dans une agence de publicité comme planner stratégique. Je me sentais chez moi, j’avais mes amis, je trouvais la vie parisienne très agréable. J’ai tout fait pour rester. J’ai décroché mon visa et je suis toujours aussi heureuse d’être ici.

Un épisode lost in translation à nous raconter ?

En Californie, tout le monde est très gentil, très souriant… un peu trop même. On apprend à sourire aux autres. Ça peut sembler exagéré, mais c’est quelque chose de normal. A Paris, j’attirais des gens bizarres dans la rue. J’ai compris qu’ici, mon attitude était perçue comme une invitation à venir parler. Depuis que j’ai arrété, j’ai moins de problème !

Si on vous dit Parisiennes do it better ?

parisiennes

En France, quand on sort de chez soi, on s’habille. Même si elles ne sont pas très fashion, les Parisiennes font toujours un effort vestimentaire. Ça rend la ville plus jolie.

En Californie, peu importe où vous allez, à l’épicerie, au marché, même au restaurant, les gens portent le combo sweat et legging comme s’ils allaient au sport. Ce n’est pas très respectueux. J’apprécie aussi que les Parisiennes ne se cachent pas derrière le maquillage, elle restent minimalistes niveau make-up. C’est très joli de voir la beauté naturelle des femmes.

Une mode qui vous agace à Paris

Les jeunes de 14-15 ans qui fument dans la rue, ou à la terrasse d’un café, sans se cacher. C’est choquant pour une Californienne. Là-bas, on est très healthy. Tout le monde fait du sport, du yoga, boit des smoothies. Un ado qui se balade avec une cigarette, c’est impensable !

Le label que vous rêvez de voir débarquer à Paris

reformation

J’aime beaucoup les vêtements Reformation, c’est un label éthique basé sur l’upcycling. Tout est fabriqué à Los Angeles à partir de chutes de tissus invendus. J’aime le concept et les collections avec des petites robes légères taillées pour une vie californienne décontractée. Ils ont plusieurs boutiques à Los Angeles dont une dédiée au vintage. J’adorerais l’avoir en France. En attendant, je commande souvent en ligne.

Ce qu’il y a de plus californien en vous ?

zazen coiffure

Mon blond californien… même si ma couleur naturelle est châtain clair. Pour moi, je suis blonde, je veux être blonde, peu importe que ça ait l’air naturel ou pas. Je fais régulièrement ma coloration chez Zazen avec Julie.

Après, il y a mes dents. Comme tous les Californiens, je suis un peu obsédée par mon sourire. Aux Etats-Unis, on va chez le dentiste tous les 6 mois pour avoir les dents blanches. A la différence des Français qui attendent d’avoir un problème pour prendre rendez-vous, je continue d’y aller tous les ans, voire deux fois par an.

Zazen, 102 Boulevard Beaumarchais, 75011. 01 71 60 75 49.

Drague-t-on plus facilement à Paris qu’à L.A. ?

Le rapport de séduction est très différent, j’ai mis des années à le comprendre. Quand un Parisien a un crush pour une fille, il va la taquiner, c’est normal. Aux Etats-Unis, les rapports homme/femme ne fonctionnent pas comme ça. Un homme ne critiquera jamais une femme, pour la draguer : il lui dira toujours des choses gentilles.

A Paris, c’est plutôt “qui aime bien, châtie bien”. Au début, je ne comprenais pas pourquoi les Parisiens ne m’aimaient pas. Je les trouvais “méchants” avec moi. Et finalement, j’ai compris que si un garçon me charrie, c’est justement parce qu’il s’intéresse à moi.

Votre refuge quand vous avez le mal du pays ?

tacos candelaria

Quand j’ai un coup de mou, je vais manger des tacos à la Candelaria. Pour moi, la cuisine mexicaine, c’est vraiment la Californie.

A la terrasse du Ralph’s, je me sens un peu comme chez moi. Il y a de grandes chaises très confortables avec des parasols, ça change des petits cafés parisiens. Ils ont même une Barbara Salad (avec de l’avocat bien sûr).

Et j’adore me balader sur les quais de Seine, j’y vais tous les jours, ça me rappelle mes promenades sur la plage. Ok, ce n’est pas tout à fait pareil mais ça m’apaise, c’est mon rituel le soir.

3 comptes instagram à scroller pour rêver

@tessaneustadt une photographe

@xoebj une jeune styliste à L.A.

@emilyafaulstich un designer/ illustrator

Retrouvez Haleigh Walsworth sur son site www.haleighwalsworth.com et sur son compte Instagram @byhaleigh.

Retrouvez aussi les 7 good vibrations à piquer aux Californiens.

Julie Zwingelstein

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement