Petit listing des meilleures expos du moment

En panne d’idées cool ce week-end ? Suivez notre petit listing des expos les plus sexy du moment pour se cultiver glam’ avec un brunch ou une terrasse chauffée à squatter dans la foulée… Un thé après une session Gaston Lagaffe à Beaubourg ou un apéro pour débriefer des photos de Monica Bellucci à la Cinecittà ou de la dernière expo de Cédric Klapisch… Sans oublier un happening littéraire à la Maison de Balzac… Tout pour plaire !

© Willy Rizzo

 

Photos de stars en direct de la Cinecittà

Pour qui ? Les nostalgiques du Hollywood italien.

Flashback dans les 60s à Rome, au coeur d’une usine à rêves : la Cinecittà. À l’époque, les stars du cultissime studio de cinéma se pressent toutes devant l’objectif de Willy Rizzo. Des clichés du photographe franco-italien viennent de refaire surface comme par magie. Sofia Lauren, Claudia Cardinale, Gina Lollobrigida, Anouk Aimée... jusqu’à Monica Bellucci. Au total, 40 clichés originaux rarissimes des grandes madones du 7e art. Follement glam’.

Où siroter un Spritz après l’expo ? Chez Marzo, la pizzeria chic de Saint-Germain.

Rendez-vous à Cinecittà, jusqu’au 1er avril au Studio Willy Rizzo 12 Rue de Verneuil, 75007 Paris. Entrée gratuite. Toutes les infos sur www.willyrizzo.com

willy rizzo

© Willy Rizzo

 

Un happening litttéraire à la Maison de Balzac

Pour qui ? Les intellos chics et les fous de littérature balzacienne.

Tous les amoureux de littérature vous le diront, la nouvelle Une passion dans le désert de Balzac est un pur chef d’oeuvre, injustement resté confidentiel. Ça tombe bien, la Maison de Balzac remet enfin cette pépite sous le feu des projecteurs avec 13 tableaux et autres oeuvres résolument hypnotisantes inspirés de son histoire. Le pitch : l’épopée d’un soldat de l’armée napoléonienne perdu dans le désert égyptien qui rencontre, apprivoise et aime une panthère. La bête de Balzac est-elle une esclave féline, un fauve dominateur, une femme du désert ? On vous laisse deviner !

P.S : retrouvez le texte intégral ici.

Un drink après l’expo ? Direction la terrasse chauffée furieusement tropicool de La Gare, à deux pas.

Une passion dans le désert, l'exposition à la Maison de Balzac, jusqu’au 21 mai 2017 à la Maison de Balzac, 47 Rue Raynouard, 75016 Paris. Toutes les infos sur www.maisondebalzac.paris.fr

gilles aillaud

Peinture © Gilles Aillaud

 

Abraham Poincheval au Palais de Tokyo

Pour qui ? Les Parisiennes en mal de sensations arty.

Abraham Poincheval est à la performance ce que JR est à la photo : une pointure ! Il faut dire que cet artiste français de 45 ans multiplie les happenings délirants en se séquestrant dans des habitats naturels ou se se mettant dans la peau d’un animal. Oui, oui… Il débarque cette fois au Palais de Tokyo le temps d’une expo où l’on retrouvera quelques installations et films qui rappellent ses performances antérieures (un ours empaillé dans lequel il s’est fait enfermer pendant 13 jours, par exemple). La performance à ne pas louper ? Celle où il se barricade à l’intérieur d’un rocher façon sarcophage, du 22 février au 1er mars. Autre happening dingue à partir du 29 mars, où l’artiste jouera les poules pondeuses en couvant des oeufs jusqu’à l’éclosion des petits poussins (de 21 à 26 jours) à p. du 29 mars. Amazing !

La table à truster après ? Les Marches, collée au Palais de Tokyo. Un bistrot titi parisien bien dans son jus, ultra branché où l’on se tape un steak-frites sauce au poivre (19€) ou des gnocchis à la truffe (13€) au milieu de toute la faune titi-chic parisienne en train de trinquer au rouge. Un must. Toutes les infos sur www.lesmarches-restaurant.com.

Abraham Poincheval. Du 3 février au 8 mai, tous les jours sauf mardi de midi à minuit au Palais de Tokyo, 13 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris. Toutes les infos sur www.palaisdetokyo.com.

poincheval


Gaston Lagaffe au Centre Pompidou

Pour qui ? Les zinzins de la BD culte.

Gaston souffle ses 60 bougies et n’a pas pris une ride… La preuve en image à Beaubourg où l’on retrouve une délicieuse rétrospective du “héros sans emploi” créé par Franquin... C’est précisément le 28 février 1957 que le gaffeur professionnel débarque pour la première fois comme homme à tout faire au sein du Journal de Spirou au milieu de la joyeuse bande de Fantasio, Mlle Jeanne, la mouette rieuse ou Longtarin. Subversif, beatnik et écolo : Lagaffe s’avère plus contemporain que jamais… A noter une conférence canon lundi 13 février autour de la réédition de la collection complète du personnage mythique pour célébrer son anniversaire.

Où se faire un petit goûter après l’expo ? Chez Monsieur Benjamin, le salon de thé canon pour une orgie de caramels, bonbons et chocolats autour d’un petit thé.

Gaston au delà de Lagaffe, jusqu’au 10 avril à la BPI du Centre Pompidou, 19 rue Beaubourg, 75004 Paris. Ouvert tous les jours jusqu’à 22h sauf mardi. Toutes les infos sur www.centrepompidou.fr.

gaston lagaffe

Franquin © Dargaud-Lombard_2016

 

L’expo Klapisch à la Galerie Cinéma

Pour qui ? Les fans du réalisateur de L’Auberge Espagnole.

En attendant la sortie de Ce qui nous lie avec Pio Marmaï et Ana Girardot, direction la Galerie Cinéma pour une expo teasing. Cédric Klapisch y dévoile en avant-première des images captées lors de la préparation du tournage de son prochain film au cœur du vignoble bourguignon. Une sorte de moodboard inspirationnel qui donne un chouette aperçu du décor naturel que l’on pourra voir sur grand écran en juin prochain. #Behindthescene

La terrasse chauffée pour se faire un apéro après l’expo ? Au Progrès, le café de Flore de la rive droite.

Cédric Klapisch, Nature humaine, jusqu’au 1er avril 2017 à la Galerie Cinéma Anne-Dominique Toussaint, 70 Rue de Turenne, 75003 Paris. Entrée gratuite. Toutes les infos sur www.galerie-cinema.com.

klapisch

 

Invaders : l’expo geek des trentenaires

Pour qui ? Les nostalgiques de Super Mario.

Depuis près de 20 ans, Invader sévit incognito dans les rues de Paris, Londres, Hong Kong et L.A., où le street-artiste fixe des mosaïques à l’effigie de personnages pixellisés empruntés au gaming. Cette fois, il envahit le Musée en herbe avec une centaine de pièces inédites. L’occasion de plonger dans un univers résolument régressif, teinté de culture geek héritée des années 80-90. Sympa, le parcours interactif comprend même des bornes d’arcade. Qui sait, Invader est peut-être en train de vous observer jouer ?

Un spot pour prendre un verre après l’expo ? Le Fumoir, l'institution cool du quartier.

Hello My Game Is, jusqu’au 3 septembre 2017. Le Musée en herbe, 23, rue de l’Arbre-Sec, 75001. 6€. Toutes les infos sur www.museeenherbe.com.

hello my game is

Photo Fumoir © @melicot sur Instagram

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement