La prescription littéraire de l’automne

En mal de bons bouquins à lire au coin de la cheminée, à dévorer dans le métro ou le TGV ou tout simplement pour paresser au lit ? Nos 5 bouquins qui vont vous faire décrocher des séries !

La Louve

Pour qui ? Les foodies littéraires.

Le genre : un thriller gastronomique.

Pourquoi vous allez l’aimer : parce que c’est un peu le Bonheur des Dames version Fooding. Paul-Henri Bizon s’est largement inspiré du projet bullshit de la Jeune Rue mené de front par Cédric Naudon pour écrire ce formidable premier roman. Un fait divers croustillant + une plume splendide + un travail documentaire hyper pointu sur les problématiques de l’agriculture contemporaine : tous les ingrédients sont réunis pour faire le bon roman qui cartonne. L’histoire (presque vraie) de Raous Sarkis, un beautiful escroc, qui fait rêver les bobos parisiens avec un projet gastronomique dément. Pris dans la toile de l’araignée : un paysan romantique, idéaliste, tenté par les rêves de permaculture et d’agriculture méga raisonnée, qui n’est pas sans rappeler le dernier film de Klapisch : Ce qui nous lie.

la louve livre paul henri bizon

La louve, Paul-Henri Bizon, Ed. Gallimard, 20 €.

Le Seigneur de Charny

Pour qui ? Les amoureux de la Reine Margot et du Comte de Monte Cristo.

Le genre : un vrai roman à la Alexandre Dumas.

Pourquoi vous allez l’aimer : le bon roman de cape et d’épée était une denrée rare jusqu’à l’arrivée de Laurent Decaux sur la scène littéraire. Inconditionnelles de l’amour courtois, de chevaliers en armures et des Rois Maudits, Jacques de Charny risque bien de faire chavirer votre cœur. De retour dans sa région de Champagne après 6 années de croisade, Jacques de Charny découvre qu’il est au bord de la ruine. Sa famille survit grâce aux pèlerins qui affluent de toute la France pour voir leur précieuse relique : le Saint-Suaire du Christ. Un équilibre mis en péril par l’Église, alors en plein Schisme d’Occident. Histoires d’amour contrariées, jeunes filles sauvées du viol : on flirte chez le Seigneur de Charny ! A la fois littéraire et glamour, le Moyen-Âge de Laurent Decaux ? Dumas lui-même n’aurait pas boudé son plaisir. On rêve de vite le voir en série...

le seigneur de charny

Le Seigneur de Charny, Laurent Decaux, Ed. XO, 19,90 €.

Gabriële

Pour qui ? Les Parisiennes, les vraies.

Le genre : la biographie romancée d’une icône.

Pourquoi vous allez l’aimer : Gabriële, ce n’était pas n’importe qui. Grande compositrice, femme de l’immense peintre Picabia, maîtresse de Marcel Duchamp, meilleure pote d’Apollinaire, elle a traversé un début de siècle et le cœur des hommes. Mais elle a été un peu oubliée par l’Histoire : fréquenter les plus grands, c’est parfois prendre le risque d’être mise à l’ombre. Ses petites-filles, Anne et Claire Berest, se donnent donc pour mission de la sortir de l’oubli avec ce roman écrit à quatre mains, qui restitue joyeusement toute l’extravagance de l’avant-garde artistique début XXème. On s’aime à 3, on abandonne les enfants quelques mois pour les besoins de la créativité, on est fou mais on est libre ! Ce roman vous propulse dans l’intimité d’un couple d’artistes de génie qui devrait en inspirer plus d’une.

gabriele

Gabriële, Anne et Claire Berest, Ed. Stock, 21,50 €.

Summer

Pour qui ? Les nostalgiques de Virgin Suicides

Le genre : le nouveau livre de chevet de Sofia Coppola

Pourquoi vous allez l’aimer : qu’est-il arrivé à Summer, 19 ans, beauté blonde tout en jambes ? Un jour de pique-nique ensoleillé sur les rives du lac Léman, voilà qu’elle disparaît, laissant derrière elle l’image d’une jeune fille riante courant parmi les fougères. Enfuie, kidnappée, noyée ? L’enquête tardive de son frère, allongé sur les divans des psys depuis le drame, va secouer les secrets d’une famille huppée de la bourgeoisie suisse. Dans un décor inquiétant de lacs et d’eaux sombres, Monica Sabolo signe un roman nébuleux aux frontières du thriller, tout droit sorti de l’univers de Sofia Coppola. Le livre qui va vous faire trembler juste ce qu’il faut dans votre maison de campagne.

summer

Summer, Monica Sabolo, Ed. JC Lattès, 19€.

Qui ne dit mot consent

Pour qui ? Les allergiques aux Desperate Housewives.

Le genre : un roman qui vous prend au piège.

Pourquoi vous allez l’aimer : enfin un roman qui ne vous donnera pas envie de quitter Paris ! Préparez-vous à rencontrer le pire mufle de l’année, celui qui va vous donner envie de reprendre vos cours de kick boxing. Les apparences d’un couple sont toujours trompeuses. Prenez une jolie maison de campagne, imposée par un mari fatigué du stress de la ville et de tous les syndromes contemporains et voilà qu’Emilie, sa femme, s’ennuie sec. Magie des petites annonces, l’époux modèle se charge de lui trouver des amies pour l’occuper. Seulement il n’y a qu’un pas jusqu’au lit du mari, deux pas vers l’inacceptable. Et puisque “qui ne dit mot consent”, le bal des “amies” se poursuit de façon totalement assumée. Terrorisée à l’idée de perdre l’homme qu’elle aime, elle regarde le piège qu’elle a contribué à créer se refermer sur elle. Inerte et pourtant lucide, la voix de cette femme orchestrée par Alma Brami va vous laisser scotchée. Ou révoltée. Ou peut-être les deux.

qui ne dit mot consent

Qui ne dit mot consent, Alma Brami, aux Ed. Mercure de France, 16,80 €.

 

Découvrez aussi les nouvelles héroïnes de série et notre dernière prescription littéraire.

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement