Takaramono : le bar incubé par le Grand Amour

Parisiennes, Parisiens : à vos agendas. Voici “le” lieu pointu, stylé, branché. Bref, vous l’avez compris, à fréquenter.

Explications… L’hôtel Grand Amour, fief du coolness, ouvre le bar éphémère qui va faire frétiller les foodies branchés.

Le concept ? Des tapas nippo-camarguaises signées Alexandre Arnal (le brillantissime frère et collaborateur d’Armand Arnal à la Chassagnette) accompagnées de saké Masumi, plus pointu, plus snob, meilleur, tu meurs. (5 € le verre, 10 € la carafe).

Il faut dire que d’ordinaire, le chef se contente de nourrir les soirées parisiennes ultra exclusives et dîners privés de la mode et de l’art (Maison Margiela, Schiaparelli, Centre Pompidou). Désormais, vous pourrez donc y goûter.

Chaque vendredi et samedi soirs, l’éphémère Takaramono s’installe en résidence au Petite Amour, l'annexe en face de l’hôtel tout en néon, formica, tourne-disque et ambiance 60’s.

Dans les assiettes - en vrai, des barquettes-, ça donne un “œuf Mimoza” (mayo + wasabi, hihi !), des haricots verts à la crème de sésame, ou des anchois frits mayonnaise citronnée (6-9 €). En side, on envoie un donburi de canard au poireau ou une poitrine de veau braisé & couteaux beurre, et au dessert, une mousse de chocolat.

Retrouvez aussi l’Hôtel Grand Amour.

Réservations de rigueur par SMS au 0620391316.

Ouvert les vendredis et samedis soirs de 19h à minuit à partir du 22 septembre 2017.

takaramono bar ephemere petite amour

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement