Coups de soleil et allergies solaires : on vous dit tout !

Allez directement au bronzage uniforme, ne passez pas par la case rouge écrevisse, ne touchez pas la Biafine. Cet été, pas d’excuse, notre super dermato Claire Sibon nous souffle toutes les bonnes attitudes à avoir au soleil. A lire attentivement avant de filer vous dorer la pilule. Bonne séance bronzette et surtout, sortez couvert !

Les cabines UV sont-elles à bannir ?

OUI ! Ça ne sert à rien, si ce n’est augmenter son risque par rapport au cancer de la peau. Il y a une fausse idée sur la préparation de la peau au soleil. Il ne faut vraiment pas le faire, quel que soit le type de peau, même à petite dose. En Australie par exemple, les cabines d’UV sont définitivement interdites.

A l’heure actuelle, on n’a pas de moyen de créer artificiellement du « vrai » bronzage. En revanche, les gélules et compléments alimentaires permettent de colorer sa peau artificiellement comme un auto-bronzant. Ce n’est pas dangereux, mais ça ne permet pas d’avoir un plus joli bronzage, un bronzage plus efficace vis-à-vis des UV ou un bronzage qui dure plus longtemps.

Comment bien choisir sa crème solaire ?

Le plus important, c’est l’indice de protection. Si on veut une protection qui serve vraiment à quelque chose, il faut viser un SPF 30 ou 50. Et contrairement aux idées reçues, on peut tout à fait bronzer avec ces indices, car la protection n’est jamais totale. D’ailleurs, on n’a plus du tout le droit d’utiliser le terme écran « total ».

Une protection efficace suppose d’appliquer une quantité suffisante de produit. Savez-vous comment sont déterminés les indices de protection pour une crème solaire ? En utilisant l’équivalent d’une balle de ping pong pour le corps. Qui fait ça en pratique ? Personne !

Attention aussi aux huiles, sprays et brumes, ce sont de bons produits, à condition d’en mettre la juste dose. Pour les enfants, indice 50 obligatoire.

Crème solaire en forme de soleil sur la peau

A quelle fréquence doit-on remettre de la crème ?

Toutes les 3h, sans tenir compte de la mention « waterproof » du packaging. Dans l’eau, on ne s’en rend pas forcément compte, mais on prend énormément les UV. Alors, on se badigeonne avant la baignade et on en remet une couche après.

Et la crème solaire ne doit pas dispenser de toutes les autres mesures pour faire attention au soleil : le parasol, éviter les heures chaudes (entre 12h et 16h en France), porter des vêtements couvrants, des lunettes de soleil et un chapeau à large rebord (7cm pour être bien protégé). Avec une casquette, le soleil vient taper sur le rebord des oreilles, qui est une zone à risque… Si vous avez la peau particulièrement sensible, pensez aux textiles en lycra traité anti UV, que l’on trouve dans les grandes surfaces de sport.

Si on part aux Bermudes ?

Dans un pays tropical au zénith, avec une peau claire, le SPF 50 ne suffit pas. Il ne faut pas s’exposer du tout. Les crèmes ont aussi leur limite. Dans les pays très chauds, il ne faut pas rechercher le soleil. On peut très bien faire des activités dehors, à la plage sous le parasol, mais pas s’exposer.

Le Musée du Louvre de Paris au Soleil

Et quand on reste à Paris ?

On n’y pense pas forcément, mais il faut aussi se protéger. Une étude avait démontré qu’à Paris, avec la réverbération du soleil sur les façades, un jour de franc soleil au mois de juillet, c’est exactement comme en bord de mer.

Ne comptez pas sur votre crème de jour indice 15 ou 20, ce n’est pas assez. En revanche, les BB crèmes SPF 30 sont très bien. Pour des peaux claires ou intermédiaires, mieux vaut partir sur un vrai solaire indice 30.

Peut-on accélérer le bronzage ?

Non, mais on peut tricher. Certains produits solaires intègrent de l'auto-bronzant, qui colore la peau. Mais ce n’est pas du « bronzage ».

En ce qui concerne l'auto-bronzant en tant que tel, on peut en utiliser, mais il faut bien garder en tête que ce n’est pas une protection solaire.

Fille bronzant sur la plage

SOS, j’ai attrapé un coup de soleil

Il faut bien avoir conscience que le coup de soleil est une brûlure de la peau au premier degré. Années après années, les systèmes de réparation de l’organisme sont dépassés, l’ADN ne se répare plus, c’est comme ça que la cellule se cancérise. Donc évitez les coups de soleil en amont, c’est très important.

Trop tard ? Hydratez votre peau avec une crème épaisse. Ça atténue les sensations désagréables liées au coup de soleil, mais ça ne va pas inverser les effets négatifs qui ont déjà eu lieu sur les cellules. Le dommage est fait, on ne peut pas le réparer.

Pour le visage, utilisez un sérum à la vitamine C, qui a un effet antioxydant.

Comment éviter les petits boutons ?

Des petits boutons qui grattent sur le décolleté ou les membres supérieurs ? C’est certainement la lucite estivale bégnigne, l’allergie solaire la plus fréquente. Rien de grave, mais il faut le prendre comme un signal d’alarme.

La meilleure façon de l’éviter ? S’exposer extrêment progressivement. Concrètement le premier jour, on se couvre au maximum. Puis, on s’épluche au fur et à mesure, de 5 minutes en 5 minutes par jour, avec son écran 50 tout l’été.

Trop tard ? Vous en aurez pour quelques jours, mais ça ne dure jamais très longtemps. On peut la traiter par des comprimés antihistaminiques et des pommades à la cortisone pour atténuer la gêne. Mais la prévention reste la plus efficace.

Peut-on faire disparaître les tâches dues au soleil ?

Les tâches sont le reflet des effets cumulatifs du soleil sur la peau au cours de la vie. Tout dépend de son patrimoine génétique, de sa propension naturelle à pigmenter et de ses expositions passées. Les sérums dépigmentants ne marchent pas, car le pigment est vraiment profond.

On les traite en hiver à l’azote liquide ou au laser quand il y en a vraiment beaucoup. Même sur le visage. Ça marche bien, mais mieux vaut prévenir.

Visage d'une femme au soleil avec des ombres

Merci au Docteur Claire Sibondermatologue. Consultation à l’Hôpital Ambroise-Paré et à son cabinet 61 Boulevard des Invalides, 75007 Paris. 01 40 09 16 00.

Retrouvez aussi notre sélection de solaires 2.0.

Où le trouver ?

Docteur Claire Sibon

61 Boulevard des Invalides

75007 Paris

01 40 09 16 00

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement