Fils à maman et amours contrariés

On connaît tous le coup du garçon qui aurait été parfait s'il n'avait pas encore été sous l'influence de sa maman adorée. On les adore autant qu'on les déteste, mais à quoi bon lutter : personne n'est de taille contre la belle doche !

C'est le thème de Libres sont les papillons, cette pièce fraîche et archi déculpabilisante adaptée par le génialissime Eric-Emmanuel Schmitt.

Le pitch ? Un beau jeune homme avec une différence (on ne vous dit pas laquelle, car on ne l'apprend pas tout de suite) décide pour prendre son envol de louer une garçonnière en sale état en plein cœur de... Barbès.

De quoi affoler sa mère poule, une authentique bourgeoise de Neuilly qui n'en sort que pour faire ses emplettes à la Grande Ep'. Débarque en trombe dans la vie de Quentin une voisine bordélique “atta-chiante”. Les deux s'amourachent l’un de l’autre contre l'avis de la maman protectrice qui se refuse à laisser son fils prendre son indépendance.

On adore : Nathalie Roussel en mère tellement dévouée, absolument juste et hilarante dans son rôle de bourge un peu coincée. Le duo Julien Dereims et Anouchka Delon, amoureux dans la vraie vie, est très touchant.

Le plus : pour une fois, pas de décor d'appartement huppé du 16è parisien. Direction la studette défraîchie qu'on a tous connue en période de dèche. Ça change et ça fait du bien !

Libres sont les papillons, prolongations jusqu’au 29 mai. Réservations ici.

© F. Rappeneau

Par Clémence Renoux @clemence_rnx

Découvrez aussi le portrait de Dorian Gray : une pièce rock à souhait.

Où le trouver ?

Théâtre Rive Gauche

6 rue de la Gaîté

75014 Paris

01 43 35 32 31

theatre-rive-gauche.com

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement