Le fils : la pièce envoûtante de Florian Zeller

Stéphane Freiss reprend le rôle d’Yvan Attal qui avait abandonné son rôle dans Le Fils, un texte fulgurant de l’auteur Florian Zeller sous la direction de Ladislas Chollat à la Comédie des Champs-Elysées. Voici la sensation théâtrale de la rentrée. Et c’est tout simplement bouleversant...

Rod Paradot : une génie sur scène

Rod Paradot (César du Meilleur Espoir Masculin 2018) campe ici un jeune homme de 17 ans en proie au mal de vivre après le divorce de ses parents. Comment un enfant solaire devient en seulement quelques mois un ado en pleine crise dépressive ?

Les pulsions de mort ponctuées de véritables moments de joie ou des changements d’humeur si naturels chez les adolescents : c’est un rôle ô combien difficile que le jeune comédien parvient à tenir en faisant passer son public du rire aux larmes.

Bref : Une puissance et une délicatesse à vous “retourner le bide”. Parents d’ado sensibles : s’abstenir.

Une pièce hyper contemporaine

Un rythme ultra-soutenu, des décors coulissants hyper léchés qui vous emmènent d’un appartement parisien des beaux quartiers à un autre : on ne s’ennuie pas une seconde.

Les allergiques de la déclamation et du théâtre poussiéreux seront hypnotisés par la mise en scène sobre et sensible de ce texte prodigieux.

Car c’est avant tout le sujet qui interpelle. La difficulté d’une séparation, la culpabilité du rôle de parents, la dislocation de la cellule familiale, la faculté à se voiler la face… Autant de problématiques dans l’air du temps qui ne laissent pas le spectateur indemne.

Il était une fois à Paris…

Tout commence chez un brillant avocat d’une cinquantaine d’année fraîchement remarié.

Quand son ex-femme débarque pour lui parler de son fils, qui sèche les cours et dont le comportement est devenu “impossible”, il semble persuadé de pouvoir lui redonner le goût de vivre et de redresser la barre. Il accueille le jeune homme auprès de sa jeune femme (la brillante Elodie Navarre) et de son demi-frère, un bébé de quelques mois.

L’espoir fait vite face à la désillusion. Comment aider son enfant qui n’a goût à rien quand on a l’énergie et l’appétit pour la vie dans le sang ? Zeller en propose un décryptage qui possède tous les attributs d’un chef d’œuvre.

Et après la pièce ? On file chez Shirvan, le resto méditerranéen d’Akrame, à deux pas.

Le Fils, durée : 2h. Du mercredi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h à la Comédie des Champs-Elysées, Paris 8e. Tarifs : de 20 € à 53 €.

Retrouvez aussi “Plaidoirie” : Richard Berry joue les ténors du barreau.

Elodie Rouge

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement
,