Halo, le concept mode et foodie que s’arrache la mode

Halo, mode et restaurant à Paris

Il y a des gens comme ça qui parviennent à capturer l’air du temps, délivrant des concepts jamais-vus avec un naturel déconcertant. Ainsi, nous ignorions que nous avions à ce point besoin d’un endroit hybride où s’attabler entre deux essayages de créateurs pointus, avant de descendre admirer des œuvres dingues d’un artiste dans le vent. Bienvenue chez Halo, un restaurant / boutique / bar à cocktails / lieu d’expo du Sentier qui réussit le tour de force de cocher avec brio toutes les cases du cool. 

 

Un décor Insta-friendly, une curation pointue

À l’origine de Halo, deux garçons bien dans leurs pompes. D’un côté, Victor le Basque. De l’autre, Mathieu le Marseillais. Ensemble, les entrepreneurs les plus smart du moment ont imaginé le lieu de leurs rêves dans un ancien atelier de confection offrant une extraordinaire verrière au-dessus de la salle à manger. Lucie Rosenblatt y signe un décor ahurissant, tout de miroirs et moquette verte, inspiré du siège du PCF conçu par Oscar Niemeyer. Côté boutique d’abord (c’est par ici que l’on entre), les deux compères invitent par roulements des créateurs épousant leur univers particulièrement pointus. 

En ce moment, on découvre par exemple les vestes en peau de la griffe basque Atxi (fournisseur de cuir pour Hermès, comptez entre 1 200 € et 1 800 € pour des blousons bleu marine et crème) mais aussi les trésors vintage des années 80 à 2000 dénichés par Bygone Days : robe La Perla (420 €), pantalon effet serpent Roberto Cavalli (384 €)... Les plus petits budgets se tourneront vers les céramiques Terra Goya dont des vases et bols trop beaux (entre 18 et 48 €) ou vers les parfums pointus de Notes de Bas de Paje (195 €).

 

Ça balance en cuisine

Il avait les cheveux bleus à notre venue, et ça lui allait bien ! Aperçu dans Top Chef, Victor Blanchet manœuvre en cuisine dans le plus grand des calmes, épaulé par une troupe de marmitons aussi stylés que lui, déroulant des assiettes sudistes ultra-colorées qui, comme le reste de l’établissement, répondent aux envies du moment. 

Halo carte menu

Au déjeuner (à la carte ou menu entrée plat dessert 34 €), on profite de la lumière magnifique pour savourer des sardines grillées, mayo aux herbes du maquis, des gnocchi de pomme de terre et immortelle posés sur un crémeux de topinambours, des ravioles de txistorra et fromage de brousse (16 €), une sublime assiette de légumes de saison à la sauce raisin blond et lait d’amande (25 €) ou encore un rouget à la sauce rouille et jus de bouillabaisse à tomber (30 €). On garde de la place pour le croustillant amande noisette, chantilly et glace marron, une petite caresse (13 €).

 

Jusqu’au sous-sol, Q.G. de la mode

Depuis la dernière fashion week, les dîners mode s’enchaînent à la table privative (avec bar à cocktails !) planquée au sous-sol, où un jeu de lumière donne l’impression d’un coucher de soleil. Les curieux·ses sont invité·e·s à y descendre pour admirer Bains de Mars, l’expo du moment imaginée expressément pour l’endroit par le designer Axel Chay, dont on avait déjà adoré la collection pour Monoprix. Un must-see ! 

Ouvert du jeudi au samedi midi et soir, mardi, mercredi et dimanche uniquement le soir. Fermé le lundi.

Halo Paris

Découvrez aussi où dîner avant ou après un spectacle à Paris et les nouvelles cantines pour un déj’ sur le pouce.

Autres suggestions

La semaine de Do It