Streaming, télé : on regarde quoi en juin ?

Les films à regarder en juin

Les heures à scroller sur le catalogue de vos plateformes de streaming pendant que le dîner refroidit, c’est terminado. Do It In Paris vous facilite la vie avec une sélection aux petits oignons des meilleures sorties films du mois de juin sur Netflix, Arte, OCS, Paramount+ et Disney+. Bien installé·e ? Let’s go !

 

 Sur Arte : Scarface

Bande annonce film Scarface

Le bon film. En 1980, Fidel Castro expulse 125 000 opposants au pouvoir aux États-Unis, mais le dirigeant cubain en profite pour envoyer des prisonniers parmi les réfugiés. L’objectif ? Semer le trouble à Miami grâce à ces malfrats, dont Antonio Montana, dit Tony (Al Pacino) et son meilleur ami Manny (Steven Bauer). Pour mener son rêve américain et quitter le baraquement pour migrants dans lequel il vit, Tony est prêt à tout, quitte à renouer avec ses manies de truand. Ambitieux et sans scrupule, le Cubain devient un caïd du trafic de drogue en Floride, mais Tony tombe dans le vice, emportant avec lui sa sœur, la femme de ses rêves et son meilleur ami.

Pourquoi on a aimé ? S’il faut voir un film pour admirer le talent incommensurable d’Al Pacino (Le Parrain), c’est bel et bien Scarface : une perfection du septième art signée Brian de Palma (Les incorruptibles) avec l’acteur qui excelle, nous émeut et terrifie à la fois, oscillant entre la folie et la désillusion. Remake du classique d’Howard Hawks, Brian de Palma s’éloigne de ce film des années 30 et de l’inspiration d’Al Capone avec cette version cubaine sur fond de Guerre froide dénonçant la segmentation de ces migrants cubains. Quarante ans après sa sortie, ce thriller politique nous tient toujours en haleine sans oublier la sensualité grâce à la prestation de Michelle Pfeiffer (Les liaisons dangereuses) qui incarne Elvira, éternelle icône glam’. Un chef-d’œuvre à voir et revoir !

Disponible sur Arte et Arte.tv à partir du 9 juin.

© Universal Pictures

 

Sur Disney + : Diane von Fürstenberg : woman in charge

Bande annonce film Diane Von Fürstenberg : Impératrice de la mode

Le bon film. En 1974, Diane von Fürstenberg dévoile sa “wrap dress” révolutionnant le monde de la mode. Un moment clé dans la carrière de la styliste. Diane von Fürstenberg : woman in charge revient sur son parcours qui l’a mené à devenir l’une des femmes les plus influentes du monde. De la présidence de la CFDA pendant treize ans à la tête d’un empire de la mode : en 50 ans, Diane von Fürstenberg est devenue une icône… et qui de mieux que DVF herself pour en témoigner ? De son enfance à Bruxelles dans une famille de juifs ayant survécus à la Shoah en passant par son premier mariage qui lui a donné son nom si reconnaissable jusqu’à sa consécration en tant que femme dans une industrie alors dominée par les hommes et face à son cancer, elle se livre comme jamais. Une combattante !

Pourquoi on a aimé ? DVF est la nouvelle légende de la mode à qui le septième art dédie une œuvre cette année. On suit avec passion le destin de cette femme qui a su se faire une place dans une industrie féroce avec son iconique robe portefeuille. Pour raconter Diane von Fürstenberg : woman in charge, il ne fallait pas moins que les réalisatrices Sharmeen Obaid-Chinoy et Trish Dalton, la première multi-récompensée aux Oscars et aux Emmy pour ses autres documentaires, et les témoignages des proches de Diane von Fürstenberg, notamment Oprah Winfrey, Marc Jacobs et Hillary Clinton. Une façon de (re)découvrir avec émotion le parcours de cette légende.

Disponible sur Disney+ à partir du 25 juin.

© Disney+

 

Sur OCS : César et Rosalie

Bande annonce film César et Rosalie

Le bon film. Rosalie (Romy Schneider) mène une vie paisible aux côtés de sa fille et de son conjoint César (Yves Montand), un ferrailleur balourd et fier. Lors du mariage de la mère de Rosalie, la jeune femme ne s’attendait pas à revoir David, un artiste et son amour de jeunesse, qui était parti vivre aux États-Unis. Problème : David aime Rosalie et le fait savoir à César. Mais César aime aussi Rosalie. Et Rosalie les aime l’un autant que l’autre. Sacrément macho, mais attendrissant, César devient jaloux et ne sait plus comment faire pour retenir Rosalie qui reprend contact avec David. Mais c’était mal la connaître, car elle est une femme libre qui n’en fait qu’à sa tête, conduisant les deux hommes à devenir amis en l'attendant. Mais qui choisira-t-elle ?

Pourquoi on a aimé ? C’est l’un des chefs-d'œuvre de Claude Sautet (Les choses de la vie), emblématique de sa collaboration avec Romy Schneider (La piscine). Elle y révèle tout son charisme et talent aux côtés de deux monuments du cinéma français : Sami Frey (Les mariés de l’an II), le brun ténébreux par excellence, et Yves Montand (La folie des grandeurs), un grand enfant dans le corps d’un adulte, formant un triangle amoureux qui marque encore les esprits. Mais le pouvoir du film est de mettre en lumière la liberté d’une femme, qui n’a pas à se plier aux désirs des hommes à une époque où ce n’était pas évident, ce que scande haut et fort son personnage dans une scène mémorable. Vive Romy !

Disponible sur OCS à partir du 4 juin.

© 1972 / STUDIOCANAL - Mega Films (Italie) - Paramount Orion Film Production (Allemagne) Tous droits réservés

 

Sur Paramount+ : Babylon

Bande annonce film Babylon

Le bon film. WELCOME TO HOLLYWOOD ! Un monde où, particulièrement dans les années 1920, les excès les plus fous font partie du quotidien, l’ambition est démesurée, la décadence et la dépravation sont de mise. Au milieu de ce joyeux bordel, Manu (Diego Calva), un migrant mexicain et homme à tout faire des studios Kinoscope, se rêve en assistant-réalisateur. Alors qu’il doit se rendre à une soirée orgiaque organisée par ses employeurs, il rencontre Nellie LaRoy (Margot Robbie), une actrice wannabe qui s'incruste à la soirée. Devenant fou amoureux d’elle, Manu suit Nellie dans toutes ses péripéties après qu’elle ait décroché un rôle dans un film, à la suite de l’overdose d’une actrice. Entre la rencontre avec un acteur dépressif, un gangster fou à lier, des tournages qui virent au fiasco et l’arrivée du parlant, Manu est témoin d’un tournant dans le monde du cinéma et les coulisses de Hollywood.

Pourquoi on a aimé ? C’est le film qui a fait sensation en 2022 ! Cette satire cruelle de Hollywood tient un tempo infernal pendant 3 heures, propulsée par la musique folle signée Justin Hurwitz (La La Land) retranscrivant parfaitement les excès de ce milieu. Une exagération de Damien Chazelle ? Eh bien non, c’était même pire en réalité ! Avec Babylon, le réalisateur de Whiplash déclare son amour au cinéma, utilisant les talents inclassables de Brad Pitt (Légendes d’automne) en acteur déchu et de Margot Robbie (Barbie) qui a fait tourner toutes les têtes. Une chose est sûre : Babylon aura fait couler de l’encre, autant pour l’encenser que pour le critiquer. Reste à le voir pour s’en faire son propre avis. 

Disponible sur Paramount+ à partir du 18 juin.

© Paramount Pictures All Rights Reserved

 

Sur Netflix : Liaison fatale

Bande annonce liaison film fatale

Le bon film. Rien ne pourrait déranger le quotidien aux allures parfaites de Dan Gallagher (Michael Douglas). Cet avocat talentueux et terriblement charmant est heureux dans son ménage avec Beth et leur fille. Alors qu’elles partent un week-end, Dan cède à Alex (Glenn Close), une éditrice new-yorkaise. Simple passade pour l’avocat. Sauf que de son côté, Alex développe une obsession maladive pour cet amant qu’elle harcèle. Déséquilibrée et dangereuse, elle veut le posséder par tous les moyens, quitte à détruire sa famille. Personne n’est à l’abri…

Pourquoi on a aimé ? Un conseil : ne regardez pas seul·e Liaison Fatale d’Adrian Lyne. Ce thriller psychologique et érotique aussi choquant qu’angoissant vire au film d’horreur, nous tenant en haleine jusqu’à la toute dernière minute, puisque la tension ne fait que grimper crescendo sans que l’on sache comment cela va se finir. Tout repose sur Glenn Close (Le monde selon Garp), absolument terrifiante dans le rôle de cette manipulatrice alternant entre la folie et le pathos, donnant lieu à des scènes mythiques du cinéma qui ont marqué les esprits : la scène du lapin en a empêché plus d’un de dormir… Sans oublier Michael Douglas (Basic Instinct), au plus haut de sa forme, qui perd tout contrôle de son adultère. De quoi réfléchir à deux fois avant de tromper sa moitié. Un grand classique !

Disponible sur Netflix à partir du 15 juin.

© Paramount Pictures

Et toujours...

 

Sur Prime video : L’idée d’être avec toi

Bande annonce l'idée d'être avec toi

Le bon film. À 40 ans, Solène Marchand (Anne Hathaway) a un peu l’impression d’être passée à côté de sa vie. Maintenant divorcée, elle ne croit plus en l’amour et met un point d’honneur à mettre sa fille de 15 ans, Izzy, au premier plan. Tout change quand cette galeriste accompagne sa fille à Coachella et qu’elle croise la route du beau et ténébreux Hayes Campbell (Nicholas Galitzine). Ce qu’elle ne sait pas encore, c’est qu’il est le chanteur adulé du boys band le plus populaire du moment. Elle entame alors une relation sulfureuse et très hot avec la superstar de 25 ans son cadet, mais est-ce qu’ils arriveront à dépasser leur différence d’âge ? Une histoire à l’eau de rose comme on les aime !

Pourquoi on a aimé : ALERTE  : une nouvelle comédie romantique avec Anne Hathaway vient de sortir ! La queen revient dans un feel good movie à regarder sans prise de tête et on adore ! Dramas, scènes muy caliente, une bonne B.O. et un beau gosse inspiré de Harry Styles, comment ne pas succomber ? Même s’il ne vaut pas d’autres comédies romantiques de l’actrice américaine (Love et autres drogues), l’alchimie indéniable entre les deux protagonistes fait de L’idée d’être avec toi le film à regarder bien cozy dans son lit ce week-end. 

Disponible sur Prime Video à partir du 2 mai.

© Amazon Content Services LLC. 

 

Sur Netflix : The Fabelmans

Bande annonce the Fabelmans

Le bon film. Il était une fois… Steven Spielberg ! Le monstre du cinéma s’inspire de sa propre vie dans The Fabelmans pour raconter l’histoire de Samuel (Gabrielle LaBelle), un garçon timide qui grandit dans une famille juive du New Jersey. Alors que le jeune Sammy trouve refuge dans le cinéma après avoir vu son premier film sur grand écran, il passe toute son enfance et son adolescence à filmer sa vie et celle de ses proches. De l’Arizona à la Californie, il réalise même de petits films amateurs jusqu’au jour où il découvre une réalité bouleversante sur sa famille qui changera leur quotidien à l’apparence si paisible. Portrait du plus grand cinéaste en devenir !

Pourquoi on a aimé : avec The Fabelmans, Steven Spielberg (Les dents de la mer) se dévoile comme il ne l’a jamais fait auparavant et réalise son film le plus intime. Il ne cache rien : ses relations amoureuses, la séparation de sa famille, sa maturité autant que sa fragilité, l’antisémitisme qu’il a subi et surtout la naissance de son amour pour le cinéma. Ce récit initiatique est si passionnant que l’on regrette tellement qu’il s’arrête au moment où Spielberg comment sa carrière. Big up pour son interprète, Gabrielle LaBelle qu’on a hâte de voir dans de prochains projets, et ses “parents” : une Michelle Williams torturée entre sa famille et ses amours, et Paul Dano qui se révèle enfin dans un rôle qu’il mérite. Du grand Spielberg !

Disponible sur Netflix à partir du 22 mai.

© Storyteller Distribution Co., LLC. All Rights Reserved.

 

Sur MyCanal : Le consentement

Bande annonce Le consentement

Le bon film. Pendant au moins 50 ans, Gabriel Matzneff (Jean-Paul Rouve) est resté impuni pour ses crimes pédophiles. L’une de ses victimes est Vanessa Springora (Kim Higelin). Dans les années 70, elle rencontre l’écrivain à 13 ans et c’est à ce moment que son enfer commence : manipulation, humiliation, rejet, viol, la jeune Vanessa se retrouve sous le contrôle de ce prédateur sexuel sans que personne ne l’aide, même pas sa mère (Laetitia Casta) qui est bien contente que sa fille fréquente un écrivain de renom. Se retrouvant seule face à ce monstre, elle est aussi la victime du silence et de la complaisance des pairs de Matzneff qui n’ont pas hésité à le protéger. 

Pourquoi on a aimé : l’autobiographie de Vanessa Springora publiée en 2020 a eu l’effet d’une bombe détruisant une omerta : l’écrivain Gabriel Matzneff est tombé de son piédestal. Si Le consentement de Vanessa Filho a eu le même retentissement, c’est parce qu’elle est restée fidèle au texte. Et pourtant, il était compliqué de porter à l’écran l’emprise de ce prédateur. Jean-Paul Rouve (Nos jours heureux) le fait brillamment : glaçant et troublant, il s’éloigne avec brio des rôles comiques dans lesquels on a davantage l’habitude de le voir. Face à lui : Kim Higelin, bouleversante dans ce premier grand rôle au cinéma.

Disponible sur Canal+ et MyCanal.

© Moana Films-Windy Production.

Découvrez aussi les séries à voir en ce moment et les rêves de James Cameron à la Cinémathèque française.

écrit par

Autres suggestions

La semaine de Do It