Le fashion documentaire sur McQueen à voir absolument

Qui était vraiment Alexander McQueen ? Le documentaire McQueen de Ian Bonhôte et Peter Ettedgui, en salle le 13 mars, apporte de précieux éléments sur la personnalité du sulfureux couturier britannique, qui s’est donné la mort la veille de l’enterrement de sa mère, le 11 février 2010.

Témoignages exclusifs, images d’archives inédites, vidéos de défilés, les deux réalisateurs se sont intéressés aux multiples facettes de ce génie torturé, dont les expérimentations stylistiques ont profondément marqué l’histoire de la mode.

Il s’appelait Lee

Créateur de la marque Alexander McQueen

Dans le documentaire, tous ses proches l’appellent par son vrai prénom, Lee. Né Lee Alexander McQueen, le créateur trouvait qu’Alexander était plus approprié pour une marque de mode. Il baptise sa maison Alexander McQueen en 1992.

Il a financé son premier défilé grâce aux allocations chômage

Premier défilé financé grâce aux allocations chômage

Fils d’un chauffeur de taxi, cadet d’une fratrie de 6 enfants, Alexander McQueen a grandi dans une famille modeste de la classe ouvrière de l’est de Londres. Au début de sa carrière, le designer sans-le-sou paie ses fournisseurs de tissus grâce aux allocations chômage. Une fraude qu’il camoufle en refusant de dévoiler son identité. Il répond à ses premières interviews le dos tourné.

Il savait coudre un costume comme un tailleur de la haute

L'art du tailoring

Alexander McQueen n’est pas issu du sérail. À 16 ans, il quitte l’école pour apprendre le l’art du tailoring chez Anderson & Sheppard, qui fournit le Prince Charles. Bien qu’extrêmement doué, il refuse d’en faire son métier : “Je ne voulais pas rester cloîtré dans un atelier”. Après une expérience à Milan, il intègre la Central Saint Martins à Londres, l’une des plus prestigieuses écoles de mode au monde.

Il a joué au bras de fer avec Bernard Arnault

Concurrence entre Alexander McQueen et Bernard Arnault

En 1996, Bernard Arnault propose à Alexander McQueen la direction artistique de Givenchy, succédant ainsi à John Galliano parti aux manettes de Dior.

La comparaison est tentante entre ces deux génies britanniques, maîtres de la provoc’, appelés à la rescousse de grandes maisons de couture parisiennes détenues par LVMH.

Vexé d’apprendre que Galliano dispose d’un budget beaucoup plus conséquent que le sien, McQueen décide de vendre 51% de sa marque à Gucci, principal concurrent d’Arnault. En 2001, Alexander McQueen apprend qu’il est remercié et rentre à Londres pour se consacrer à ses propres collections.

Il a été victime d’abus sexuels

Abus sexuels et violences conjugales de Alexander McQueen

C’est la séquence la plus émouvante du documentaire. Les réalisateurs ont convaincu Janet et Gary, respectivement sœur et neveu de McQueen, de témoigner face caméra. Enfant, Alexander McQueen a assisté à des scènes de violences conjugales entre Janet et son mari de l’époque. Pire, ce dernier aurait même abusé du jeune garçon.

Un passé qui expliquerait en partie les angoisses et tourments du designer : “J’allais jusqu’au bout de mon côté sombre pour sortir ces horreurs de mon âme et les mettre sur le podium”.

 

McQueen de Ian Bonhôte et Peter Ettedgui, en salle le 13 mars 2019.

 

Retrouvez aussi 5 choses à savoir sur Yves Saint Laurent et 7 choses à savoir sur Karl Lagerfeld.

Julie Zwingelstein

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

,