Microbiote vaginal : la révolution du vagin

Votre minou gratouille, tiraille, s’assèche ? Pas de panique, les petits bobos d’en bas sont le lot d’à peu près toutes les femmes normalement constituées. La bonne nouvelle ? Une solution ! Dans Microbiote vaginal, la révolution rose, le Dr Jean-Marc Bohbot et la journaliste Rica Étienne expliquent que l’équilibre vaginal dépend de la flore qui s’y trouve (comprenez, des milliards de « bonnes » bactéries qui assurent l’autonettoyage du minou). 10 manières de préserver ce petit écosystème pour arborer un vagin chic et sain.

Laissez faire la nature !

Votre minou n’est pas sale, il est même autonettoyant ! Le mucus vaginal sert à éliminer les débris cellulaires et microbiens grâce aux sécrétions qui fonctionnent jour et nuit comme un véritable tapis roulant. Laver trop souvent son minou (plus d’une fois par jour) est bien souvent synonyme de petites catastrophes (mycoses, assèchement, irritations) !

Pas de ménage dans le minou !

Avis aux obsédées de la toilette intime : laver oui, mais pas n’importe comment. Votre minou n’a pas besoin d’être shampouiné de A à Z. Pour éviter les irritations ou même des rapports sexuels douloureux, bannissez à tout prix les douches vaginales ou autres techniques pour nettoyer l’intérieur de votre vagin (y compris après l’amour), meilleur moyen de déséquilibrer tout votre microbiote nécessaire à l’équilibre de votre sexe. Pour une bonne hygiène, il suffit de laver avec une noisette de produit d’hygiène liquide dans votre main (surtout pas de savon ou de gel douche) de votre pubis jusqu’au pli des fesses (et pas dans l’autre sens!)

Épilez avec modération

Savez-vous à quoi servent les poils sur votre pubis ? À peine le temps de se poser la question qu’ils ont déjà tous été arrachés de notre pauvre minou qui n’a rien demandé… Pourtant, les poils jouent le rôle d’amortisseur vis-à-vis des frottements avec les sous-vêtements et les vêtements, et leur racine hydrate et protège la muqueuse. Lors d’une épilation définitive, tous ces facteurs de protection disparaissent et les microbes ont une autoroute devant eux ! Si vous êtes fragile ou sujette aux infections, évitez l’épilation intégrale ou définitive.

Limitez l’utilisation de protège-slips

Si vous utilisez des protège-slips, serviettes hygiéniques ou tampons en dehors de vos règles, sachez que votre vagin ne vous remercie pas. Ces dispositifs, en absorbant l’humidité des sécrétions naturelles, assèchent vos muqueuses et peuvent donc créer des brûlures.

Jetez vos déodorants et lingettes intimes

Cela peut être tentant de garder dans son sac des lingettes censées vous garder fraîche en bas toute la journée. Le problème, c’est que les produits qui neutralisent les odeurs sont aussi susceptibles de détruire certaines bactéries dont votre vagin a besoin pour péter la forme !

Buvez, buvez !

À n’importe quel âge, l’épiderme et la muqueuse de votre sexe sont fragiles, et ont besoin d’être très régulièrement hydratés. Pour leur bien-être, buvez régulièrement de l’eau, minimum 1,5L par jour.

Arrêtez de fumer

Le tabac est un ennemi redoutable pour l’équilibre de l’écosystème de votre vagin. Les gynécologues ont remarqué des guérisons de certains bobos à répétition (mycoses, cystites…) chez des femmes qui arrêtaient de fumer !

Évitez (le plus possible) les antibiotiques

Les antibiotiques sont les ennemis juré de la flore vaginale, or certains médecins ont tendance à les prescrire à tout va et quelques patients craignent de ne pas être bien soignés sans. Particulièrement agressifs pour la flore de protection, certains antibiotiques favorisent les mycoses. Si leur prise est vraiment inévitable (pas question de refuser d’en prendre sous prétexte de préserver son bien-être d’en bas), veillez à contrebalancer les effets désastreux sur votre minou en prenant des probiotiques, et à ne pas raccourcir son traitement toute seule sous peine de développer des résistances bactériennes potentiellement dangereuses pour la santé.

Faites l’amour !

Pour un minou en pleine forme, sachez que plus vous ferez l’amour, plus vous remarquez l’effet lubrifiant naturel et protecteur de votre vagin. Pendant quelques jours après le rapport, la souplesse vaginale persiste avec une rémanence bienfaitrice. Pour éviter les échauffements ou les irritations lors des rapports sexuels, n’hésitez pas à utiliser un lubrifiant qui respecte le pH de votre sexe (il doit être compris entre 3,5 et 4,5).

vagin livre

Microbiote vaginal, la révolution rose, Dr Jean-Marc Bohbot et Rica Étienne, Marabout, 17,90 €

Découvrez aussi 5 choses à savoir sur le clitoris

Héloïse Rocca

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement
,