Nos arguments de choc pour débrancher

Débordée par les mails, les appels, les notifications ? Vos traits sont tendus, vos yeux fatigués par les écrans ? Une seule solution : la dé-co-nnex-ion ! Dans son livre Débranchez-vous, n°1 des ventes au Royaume-Uni, l’écrivain britannique Matt Haig vous explique pourquoi il est important de couper votre cerveau du quotidien virtuel pour affronter le monde moderne. 7 bonnes raisons de débrancher :

Les réseaux sociaux affectent votre moral


Que celle qui ne s’est pas sentie minable après trois heures à traîner sans but sur Instagram nous jette la première pierre ! Contrairement à la dépendance aux jeux vidéos, l’addiction aux réseaux sociaux n’est pas encore reconnue. Pourtant, les plateformes comme Facebook, Twitter ou Insta (notamment le compte d’Emily Ratajkowski qui complexerait la plus fit d’entre nous) nous envahissent tant émotionnellement que psychologiquement. Un simple post Twitter qui vous énerve suffit à saper votre matinée ? Ne suivez plus les gens que vous détestez, supprimez l’application de votre téléphone afin de n’y aller que sur votre ordi si besoin.

La connexion virtuelle entretient la solitude


Le grand paradoxe de notre monde moderne ? Nous sommes tous connectés les uns aux autres, vos amis Facebook se comptent par milliers, et pourtant, nous ne nous sommes jamais sentis aussi seuls : les taux d’anxiété et de stress sont en continuelle augmentation. La beauté conventionnelle distribuée par pelletée sur les réseaux a tendance à renfermer les gens et à nourrir des complexes absurdes. Dites-vous qu’au lieu de perdre votre temps à parler d’une expérience riche sur Facebook ou à poster une photo pour vos amis Instagram, vous pourriez passer ce temps à... vivre une nouvelle expérience riche !

Internet stimule vos angoisses


Parce qu’aujourd’hui, il suffit de sortir son smartphone pour penser que notre mal de tête équivaut à un cancer du cerveau ou pour voir les pires catastrophes du monde filmées en une minute, il est presque impossible de fuir ce qu’on ne veut pas voir. La plupart du temps, ce n’est plus vous qui allez à l’information mais l’information qui vient à vous à travers les notifications ou les mails. De quoi alimenter vos pires cauchemars. Si vous faites partie de ces gens affectés par les nouvelles médiatiques continues, éteignez votre télé, désactivez les notifications de votre téléphone, et n’oubliez pas : il n’y a pas de honte à se déconnecter.

Vous pouvez débrancher tout en restant informée


Pour ne pas perdre la tête avec les centaines de news plus ou moins réjouissantes qui vous tombent dessus tous les jours, limitez le temps que vous passez à suivre l’actualité, et prenez conscience que le monde n’est pas aussi violent qu’il semble l’être. Le psychologue cognitif Steven Pinker explique que, malgré les horreurs quotidiennes, notre société est moins violente qu’autrefois. Si les mauvaises nouvelles du monde vous affectent, levez le pied et apprenez à ne pas vous inquiéter pour des choses que vous ne pouvez pas contrôler.

Restez vous-même


Pour résister aux algorithmes et rester humaine, empêchez-vous de devenir une caricature de vous-même sur les réseaux sociaux, dans les photos, vos posts avec vos opinions ou dans les commentaires que vous postez. Ne laissez pas l’anonymat faire de vous quelqu’un que vous auriez honte d’être hors ligne. Pour rester quelqu’un qu’un ordinateur ne pourra jamais vraiment connaître (et donc conserver votre libre-arbitre conscient et inconscient), demandez-vous si l’image de vous que vous offrez aux gens est vraiment fidèle à ce que vous êtes. Si la réponse est non, cliquez moins et sortez plus !

Faites le tri pour mieux penser (et rester intelligente !)


Désolée de vous le dire, mais c’est la vérité : votre téléphone est capable de faire plus de choses à la fois que votre cerveau qui, même s’il se débat pour être multitâches, est toujours moins efficace qu’en étant concentré sur une seule chose. Selon le neuro scientifique Daniel Levitin, nous ne sommes pas faits pour les tâches multiples qu’Internet nous encourage à pratiquer. Le hic ? Ces tâches multiples, en créant un cycle d’addiction à la dopamine qui récompensent le cerveau pour sa perte de concentration, peuvent augmenter le stress et... faire baisser votre QI ! Un conseil ? Faites le tri dans vos applications pour ne garder que les essentielles (RATP pour vous repérer dans Paris ou WhatsApp pour appeler gratuitement votre soeur au Canada).

Les écrans empêchent le sommeil réparateur


Le corps humain s’adaptera peut-être à la lumière artificielle dans cent cinquante mille générations, mais ce n’est pas encore le cas aujourd’hui. Vous avez besoin de sommeil, mais vous ne dormez certainement pas assez. Car dans un monde qui va à 100 à l’heure, la tentation de séries Netflix dans le lit, de shopping en ligne ou de swipes sur smartphone est grande. Le problème ? Le manque de sommeil est médicalement associé à de nombreux soucis de santé comme les attaques cérébrales, les cancers du sein et de la prostate ou encore les dépressions. Pour parvenir à vous déconnecter le soir afin de vous coucher tôt, proscrivez les écrans du lit : la lumière bleue a un effet négatif sur la mélatonine, l’hormone du sommeil.

Livre bien etre, comment trouver son equilibre Philippe Rey

Débranchez-vous! de Matt Haig, Philippe Rey, 19 €

Découvrez également : 5 exercices faciles pour ne pas finir au bout du rouleau

Héloïse Rocca

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement
,