Les écrivains à lire absolument

Avec la sortie de pas moins de 567 romans pour cette rentrée littéraire, difficile d’y voir clair pour choisir les bons bouquins. On fait le tri pour vous en flashant déjà les trois auteurs qu’on attend avec impatience et qui risquent de faire (beaucoup) de bruit: Maylis de Kerangal, Jérôme Ferrari et Cloé Korman.

Maylis de Kerangal de nouveau à portée de main !

Après avoir remporté dix prix littéraires pour son sublime roman Réparer les vivants (Verticales), adapté en film avec Tahar Rahim, la romancière en vogue revient dans cette rentrée en abordant un tout autre sujet que la transplantation cardiaque. Dans Un monde à portée de main, la lauréate du Prix Médicis en 2010 raconte le destin d’une peintre en décor qui nous fera voyager de Bruxelles à Moscou en passant par l’Italie et la Dordogne avec la reconstitution des grottes de Lascaux. En suivant le parcours de Paula qui s’initie à l’artisanat du faux, le roman se déroule sous la forme d’un récit d’apprentissage esthétique. Déjà sélectionné dans le prix littéraire du Monde, le livre devrait plaire à tous les publics...

Un monde à portée de main, Maylis de Kerangal, Verticales, 20€, en librairie le 16 août

Jérôme Ferrari : le Goncourt est de retour !

Vainqueur du Prix Goncourt en 2012 avec son roman le Sermon de la chute de Rome (Actes Sud), le professeur de philo en Corse n’a pas fini de vous éblouir. À son image, son nouveau livre à la couverture déjà éclatante est un requiem pour une photographe défunte. Après une journée à photographier un mariage à Calvi, Antonia, ex photographe de guerre, meurt subitement dans un accident de voiture. Les images de sa vie défilent sous la plume virtuose de Jérôme Ferrari lors de l’office funèbre célébré par un prêtre qui n’est autre que l’oncle et le parrain de la jeune fille décédée. L’auteur explore dans ce bijou l’échec de l’individu, la découverte de la vie et de la mort à travers l’image et la photographie. Bref, foncez les yeux fermés !

À son image, Jérôme Ferrari, Actes Sud, 19€, en librairie le 22 août

Une Cloé Korman fidèle à son écriture cash et talentueuse

La jeune écrivaine des Hommes-couleurs (Seuil), célèbre pour son reportage choc fictif et sociologique en Seine Saint-Denis avec son roman Les saisons de Louveplaine (Seuil), a plus d’un tour dans son sac. Avec son nouveau livre Midi, celle qui milite pour la liberté d’expression nous entraîne dans une enquête sur la violence exposée mais ignorée par tous. Claire est médecin dans un hôpital parisien. Lorsqu’elle reconnaît un patient qui a changé sa vie, Dominique, la femme replonge dans un passé sombre : quinze ans plus tôt, Claire s’occupe des enfants du centre aéré dirigé par Dominique. Troublée par une petite fille marginale qui semble en danger, la jeune femme est emportée par la fièvre de l’été et ferme les yeux devant le drame qui est en train de se nouer. Un livre puissant, intelligent et émouvant à mettre entre toutes les mains.

Un petit extrait pour vous mettre l’eau à la bouche ?

« Je me souviens des masques, des costumes et du mot ‘répétition’ qui éveillait une excitation fantastique, le bonheur d’avoir rendez-vous dans trois semaines, deux semaines, trois jours - il est rare que la vie d’offre plus tard de tels comptes à rebours vers la joie. »

Midi, Cloé Korman, Seuil, 18€, en librairie le 16 août

Découvrez également : Le livre le plus snob de l'été

Heloise Rocca

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement