Le docu HBO sur le marché de l’art à voir absolument

Quel est le rapport entre l’art et l’argent ? Le meilleur artiste est-il le plus cher ? Dans The Price of Everything, production HBO applaudie à Sundance, le réalisateur Nathaniel Kahn décrypte les liaisons dangereuses du monde de l’art et des affaires. Trois bonnes raisons de mater ce docu stupéfiant.

Si vous n’avez rien compris aux œuvres de Jeff Koons

Ses lapins géants en acier chromé vous laissent perplexes ? On vous comprend. Et pourtant : si la valeur d’un artiste se mesure à sa cote chez Christie’s, alors Jeff Koons est le boss. En 2013, son Balloon Dog orange est adjugé 54 millions de dollars. Deal qui fait de lui l’artiste vivant le plus cher au monde.

Et sa petite entreprise ne connaît pas la crise. Dans le docu, on le voit ainsi déambuler dans son atelier de Soho au milieu d’une armada d’assistants. À la question : "Ça vous fait quoi d’être l’artiste le plus côté au monde ?", il répond l’œil malicieux "Si c’était le cas, je le prendrais avec beaucoup d’humilité" (on notera l’emploi du conditionnel dans la réponse…).

Alors Koons : génie pop ou imposteur kitch ? À vous de juger (après tout les goûts et les couleurs). Une chose est sûre, comme Andy Warhol en son temps, le plasticien ancien courtier à la bourse de New York a durablement révolutionné le statut de l’œuvre d’art.

Interview de Jeff Koons

Pour name dropper les artistes qui comptent

Passer pour une quiche à la prochaine FIAC ? Pas question. Pour tout savoir des artistes bankable, on sort son calepin et on mémorise les chouchous du marché : George Condo, disciple de Picasso et adepte de la déconstruction faciale (son tableau Nude and Forms : adjugé 6 162 500 $), la Nigériane Njideka Akunyili Crosby et ses toiles métissées diluées à l'acétone (comptez 900 000 $), Damien Hirst, l’Anglais provocateur qu’on ne présente plus (23,6 millions de dollars, c’est le prix de son veau plongé dans le formol) ou encore la photographe Marylin Minter dont les toiles glamour et dérangeantes se négocient à prix d’or.

Interview de Marilyn Minter

On marche sur la tête ? "L’art et l’argent sont devenus des frères siamois, on fonce droit le mur", déplore clairement un observateur.

On aime : une interview fil rouge du peintre Larry Poons, 80 ans, ex gloire des 60’s retiré du game mais toujours actif, qui pose un regard poétique sur ce milieu devenu zinzin.

Pour infiltrer une vente aux enchères de vrais pros

C’est en 1973 que tout a commencé. Le collectionneur et financier new-yorkais Robert Scull décide de vendre une partie de sa collection d’artistes vivants. Des toiles achetées à prix bas, revendues les yeux de la tête. Le marché de l’art contemporain est né ! Sans  concession, le docu retrace cette épopée spéculatrice avec, en fil rouge, une immersion dans l’univers ultra feutré d’une vente aux enchères chez Sotheby’s. Ça vaut le coup d’œil.


Le 21 février à 20h55 sur Canal+Décalé. Disponible sur www.hbo.com


Découvrez aussi dans les coulisses du monde de la parfumerie

Céline Dassonville

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus