3 menus éphémères à tester fissa

Les menus éphémères à tester

© Prunier Caviar par Nicolas Lobbestael -Valentin Le Cron / La Mercerie Marseille par Victoire Terrade / Poissonnerie Viot

Entre les chefs inspirés qui squattent les cuisines des restaurants le temps de résidences gourmandes ou une institution du chic parisien qui souffle ses 100 bougies, Paris est la scène de menus éphémères particulièrement emballants. Zoom sur les trois qui nous ont le plus régalés. 

 

La Mercerie à La Table de La Grande Épicerie 

L’actu : il y a du mistral dans l’air au Bon Marché ! Le grand magasin le plus chic de Paris inaugure une saison “Tous Fadas” qui sent bon le soleil marseillais. Son restaurant La Table, sous la superbe verrière au 1er étage, accueille la team de La Mercerie en résidence jusqu’à fin juin. La promesse ? Un déjeuner provençal de haute volée piloté par le chef Harry Cummins à quatre mains avec Cédric Erimée, chef de La Table, ainsi que la sommelière Laura Vidal pour dealer des quilles emballantes. 

Au menu : artichauts et oignons nouveaux barigoules plongés dans un délicat bouillon amontillado, adorables petites courgettes grillées et leur sauce tonnato, taglioni maison fenouil, piment rouge et poutargue, bar vapeur et premiers haricots cocos, tomates cerises et herbes récoltées sur le toit de La Grande Épicerie. On termine avec le baba au kalamansi et limoncello, chantilly à la vanille de Madagascar (un délice, même quand on n’est pas team baba) ou une très fraîche compote et sorbet rhubarbe, fraises, biscuits à la fève tonka et crème crue. Un air de vacances ?

Harry Cummins à La Table de La Grande Épicerie de Paris, 38 rue de Sèvres, Paris 7e, du 11 au 30 juin. Entrée - Plat - Dessert 38 €. Entrée - Plat ou Plat-Dessert 35 €. 

© Victoire Terrade

 

Poissonnerie Viot X Masayoshi Haraguchi

L'actu : notre poissonnerie chouchoute à Paris se transforme en Omakase et en Izakaya le temps d’un été. Jusqu’au 15 août, la poissonnerie Viot invite le chef japonais Masayoshi Haraguchi dans son étal du marché Saint-Germain pour mettre en valeur ses poissons maturés grâce à des saveurs nippones. Attention : les places partent très vite !

Au menu : côté étal pour une ambiance gastro et intimiste, Masayoshi Haraguchi propose un menu Omakase en 9 temps (80 €) selon les envies du chef et l’arrivage du jour comme une portion bien généreuse d’araignée de mer avec un croissant façon pain perdu, de la sériole Ikejime affinée et ultra-frais, ou encore des rouleaux de printemps frits à l’anguille et aux asperges. En terrasse, la décontraction est de mise façon Izakaya avec des tapas décadents. On commande sans hésiter le kaarage de lotte avec sa mayo au wasabi (tuerie, 18 €) et le toro fumé au charbon tout simplement rehaussé d’huile d’olive (28 €).

Poissonnerie Viot X Masayoshi Haraguchi, jusqu’au 15 août au marché Saint-Germain, 6 rue Lobineau, Paris 6e. Menu Omakase du mardi au jeudi à 18h et 21h. Places limitées. Réservation en ligne. Izakaya le vendredi et samedi de 19h à 23h. Sans réservation.

© Poissonnerie Viot par Vincent Garnier 

 

Le menu des 100 ans de Prunier

L’actu : la vénérable maison de caviar Prunier souffle ses cent bougies en 2024. L’occasion de proposer dans son restaurant mythique de l'avenue Victor Hugo un menu dédié (190 €) qui en déroule les plats iconiques, pensé à 6 mains par le chef du restaurant Hendry Angwe Mezah, Yannick Alléno qui en signe la carte depuis 2022 et son mentor Gabriel Biscay, qui a piloté l’adresse dans les années 1990. Une affaire de transmission !

Au menu : huîtres Émeraudes ou de Tarbouriech, Œuf Christian Dior, sa quenelle de caviar et sa fine gelée de jambon (un mythe parisien), filet de sole à la Prunier avec sa généreuse sauce au caviar, suivi des rougets des vendangeurs rôtis escortés de leur sauce kokotxa. Pour le dessert, on copie le chef Alléno qui déguste son soufflé Rothschild à l’orange confite en plongeant sa glace directement à l’intérieur. Si le chef le fait, on a le droit.

Menu des 100 ans disponible de juin à décembre chez Prunier par Yannick Alléno, 16 avenue Victor Hugo, Paris 16e. 

© Prunier Caviar par Roberto Frankenberg / Nicolas Lobbestael / Valentin Le Cron

 

Découvrez aussi Ora Farmhouse, la table bucolique la plus stylée du moment et la nouvelle table préférée des Américains à Paris

écrit par

Autres suggestions

La semaine de Do It