Cuban Network : le thriller d’Assayas avec Penélope Cruz

Une vingtaine de films plus tard, dont Sils Maria et Personal Shopper et dans la même veine que sa série à succès Carlos, le réalisateur français Olivier Assayas réalise Cuban Network et s’immisce sur le territoire cubain à La Havane. Bienvenue dans les années 90 au cœur d’une histoire d’espionnage castriste qui a longtemps fait polémique.

Nommé plusieurs fois à la Mostra de Venise 2019, le film plonge dans les coulisses de faits réels inspirés du livre Les Derniers Soldats de la guerre froide. Au cœur de l’intrigue, les Cuban Five : cinq espions cubains infiltrés à Miami, parmi lesquels la merveilleuse Penélope Cruz.

 

Une histoire vraie

Retour dans les années 90 à La Havane, sous le pouvoir de Fidel Castro où l’économie collectiviste rime avec une vie précaire : les ressources manquent, entre pénurie de nourriture et absence d’eau chaude…

C’est dans ce contexte que le pilote René González (Édgar Ramírez) embrasse sa femme et sa fille une dernière fois et leur lance un “à ce soir !”... avant de s’envoler sans retour possible pour la Floride aux commandes d’un avion dérobé aux autorités.

Victime collatérale, sa femme Olga Salanueva (Penélope Cruz) n’accepte pas l’abandon de son “traître” de mari et doit subir, aux côtés de sa fille Irma, les railleries de sa communauté qui supporte mal un affront au culte de leur idole Castro.

 

Du traître au héros

Mais René a en réalité intégré le Wasp Network pour infiltrer et combattre les organisations terroristes sur le sol cubain. Et fait rare dans les thrillers géopolitiques, Assayas se met au cœur de la relation amoureuse entre l’espion et sa femme.

On passe sans transition de grandes scènes d’émotion au cynisme de la diplomatie et c’est précisément ce rythme qui fait la singularité et la beauté du film.

 

Un casting parfait

Si on salue la précision de ce fait historique dont les scènes ont pu être tournées à La Havane même, le casting aux petits oignons rend hommage à ce film qui restera sans doute un classique du genre.

Outre l’extraordinaire Pénélope dans son rôle d’épouse bafouée, Gael García Bernal interprète avec brio Gerardo Hernandez, directeur du Wasp Network (réseau d’espions cubains).

Wagner Moura campe avec talent le personnage de Juan Pablo Roque, riche émigré à la Pablo Escobar marié à la romantique Ana Margarita Martinez, incarnée par Ana de Armas.

Et c’est sans compter sur Leonardo Sbaraglia dans la peau de José Basulto, fondateur hyper optimiste de l’asso’ Brothers to the rescue pour aider les cubains perdus en mer.

Fun fact ! Penélope Cruz, grande fan du travail d’Olivier Assayas, nous a confié “qu’un des gros challenges du film était de prendre l’accent cubain”. Le résultat se révèle plus sexy que jamais.

extrait du film cuban network avec Gael García Bernal, Ana de Armas Wagner Moura, Leonardo Sbaraglia et Penelope Cruz

En salle le 29 janvier.


Découvrez aussi le spectacle bidonnant de Maxime Gasteuil et le roman anti-déprime de l’hiver.

Sarah Temime

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus