7 recettes love de Michèle Laroque

Avec la comédie au poil Brillantissime, Michèle Laroque passe pour la première fois de l’autre côté de la caméra ! Et on retrouve bien sa signature si drôle et toute sa bande : Kad Merad, Françoise Fabian, Pierre Palmade, sa maman.… Sans oublier sa fille et son chien dans leurs propres rôles....

Plus sexy et touchante que jamais, Michèle Laroque livre un film émouvant, un véritable traité sur la liberté et les pièges du couple. L’occasion de demander à la jolie blonde de nous livrer ses réflexions sur l’amour et l’empowerment…

Votre film commence ainsi… Se faire plaquer par son mari à 50 ans alors qu’on est femme au foyer et que sa fille quitte le nid. C’est la lose ou pas ?

Au début, c’est la lose complète ! C’est comme ça que commence le film. C’est une femme qui n’est pas dans sa vraie vie au départ. Angela est dans un livre d’images avec des belles robes, un bel appartement, un beau mari et sa fille. Et tout d’un coup plus rien. Elle essaie de se raccrocher aux branches avec une mère qui la laisse tomber comme toujours et une meilleure amie qui préfère prendre des cachets les jours de fête plutôt que passer la soirée avec sa copine….

D’une manière un peu surprenante, cette femme va arriver à surmonter les épreuves, à se connaître, à s’aimer et du coup à se respecter. Bref, à être dans sa vraie vie, ce qui n’était pas le cas au départ et de se rendre compte qu’au fond, elle n'aimait pas ou plus son mari. C’est ce qui va lui permettre de rencontrer l’amour qu’elle ne voyait pas parce qu’elle ne s’aimait pas elle-même…

Ce que vous ne feriez jamais par amour ?

C’est tout ce qu’Angela est au début ! Penser qu’elle est amoureuse parce qu’elle a rempli le frigo de choses qu’aiment son mari. Angela est dans le devoir plus que dans l’amour. D’ailleurs elle le dit en voix off : “Je ne me suis pas demandé ce que je voulais vraiment moi”. La question c’est ça : est-ce qu’on est amoureux de l’amour ou est-ce qu’on a envie d’accompagner la personne avec qui on est ? C’est très différent.

Franchement, mieux vaut être seule ou mal accompagnée ?

michele laroque rossi de palma brillantissime le film

© Céline Brachet

Mieux vaut être seule et très très bien. Ou bien accompagnée… mais jamais mal ! Il faut surtout arrêter de se mentir. L’important, c’est de s'aimer et se respecter, seul ou en couple. Comme ça, on se sent bien. Pas besoin de prendre des cachets, ni de boire des coups…

Le problème, c’est la peur, le manque de confiance en soi. Il faut arrêter de se juger en permanence. Une vie, c’est fait de réussites et d’échecs. Si on n’a pas d’épreuves, on ne peut jamais progresser, et c’est précisément ça qui mène au bonheur. Il faut aussi considérer que c’est une chance, et arrêter de penser qu’on est victime de tout. C’est très facile d’être une victime… Mais c’est beaucoup plus difficile de dire : je suis responsable de ce qui m’arrive. Il faut simplement se demander “Pourquoi ça m’arrive”, “Pourquoi je me débrouille pour qu’il m'arrive ça”.

C’est quoi, pour vous, le secret d’un couple qui dure ?

Ne pas avoir besoin, être vraiment indépendant et avoir envie déjà de regarder dans la même direction, et de passer des moments ensemble. Pas par choix ou par besoin, mais vraiment par envie…

Tabous, différence d’âge... Trouvez-vous que les femmes se mettent beaucoup de barrières en amour ?

tinder michele laroque

© Céline Brachet

Non, c’est la société qui en met, et c’est la raison pour laquelle j’avais envie de raconter cette histoire. Il y a tellement de règles qu’on nous impose et qui sont fausses ! Tout d’un coup, on nous explique que c’est impossible de tomber amoureuse après 45 ans, ou que c’est impossible d'etre avec quelqu’un qui n’est pas de la même culture que soi… Il faut arrêter...

C’est le contraire, tout est possible pour de bonnes raisons. Donc il faut arrêter avec les règles et se dire que si j’en ai envie, ça va arriver...

Les quinquas sur Tinder, ça vous inspire quoi ?

Evidemment, il y a des vrais couples qui peuvent se former comme ça. Mais ce n’est pas le problème. Il faut d’abord bien s’occuper de soi, régler ses soucis et travailler pour devenir adulte !

C’est ce qui permet de ne pas chercher un partenaire parce qu'on a un besoin vital d’être en couple, mais parce qu’on est déjà bien dans ses pompes toute seule et capable de se dire “Ah, tiens, maintenant je pourrais vivre quelque chose de vraiment sympa avec quelqu’un".

A partir de ce moment-là, tout est possible… Mais quand on est prêt à ça, on n’a pas besoin de passer par Tinder. Je veux dire, le mec il sonne à la porte, il arrive sur un plateau d'argent, c'est trop facile.

Dans le film, vous êtes une énorme bombe… Alors : c'est mieux, le sexe à 50 ans ?

(Rires) C’est très, très différent selon les gens. Je ne vous parlerai pas de mon cas… Mais on devrait savoir depuis le début que notre vie est assez courte. Quand on arrive à 50 ans, on se rend compte qu’on a moins de temps et ça, c’est génial pour mieux vivre. Il y en a que ça met dans une profonde dépression mais pour d’autres au contraire, ça libère des trucs assez incroyables… et sur tous les plans !

Brillantissime, en salle à partir du mercredi 17 janvier 2018.

Découvrez aussi les 5 livres hot pour pimenter votre hiver.

Elodie Rouge assistée de Jeanne Besse

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement