Découvrez le Edouard Louis version américaine

Un roman cru et bouleversant sur le sexe tarifé, l’amour et le désir mis à nu, ça vous tente ? Bingo, on a ce qu’il vous faut ! Premier roman de l’américain Garth Greenwell, Ce qui t’appartient ressemble à bien des égards à la verve de notre Edouard Louis national qui raffole déjà de ce petit bijou. Les thèmes de prédilection de ces deux écrivains ?  La violence sociale, l’homophobie, la masculinité ou encore les souffrances de l’enfance. Pourquoi ce roman est puissant :

Un roman sur les illusions de la prostitution

Sofia, en Bulgarie. Lorsque le narrateur, un professeur américain exilé, rencontre le jeune Mitko dans les toilettes du National Palace of Culture, il tombe immédiatement sous son charme. L’éphèbe de 23 ans a une dent ébréchée et un regard doux. Mais cette première rencontre se solde par un rapport sexuel furtif contre 5 leva, l’équivalent de 10€. Si les deux hommes continuent à se voir et qu’un désir semble naître entre eux, l’américain ne parvient pas à savoir si Mitko est sincère tant il a besoin d’argent. Tour à tour aimant, fuyant, tourmenté, menteur, le jeune homme est insaisissable.

Comme dans le film Pretty Woman, Garth Greenwell questionne la place des sentiments et du désir réel dans la prostitution. Comment savoir ce que Mitko ressent vraiment ? On vous laisse découvrir la suite...

Une histoire bouleversante

Comme Edouard Louis dans son roman Histoire de la violence, l’écrivain interroge le sexe dans sa compatibilité avec les inégalités sociales. Rapidement dépendant de sa relation charnelle avec Mitko, l’intellectuel américain travaille à accepter le jeune homme tel qu’il est avec ses écarts, ses maladresses, ses conneries (car oui, Mitko fait pas mal de conneries dangereuses).

C’est dans une valse triste et bouleversante que le narrateur travaille sur lui, sur son passé, sa jalousie, pour apprendre à aimer cet être dans son entièreté, avec ses lumières et (surtout) ses parts d’ombre. Dans ce récit introspectif, l’histoire détaillée de ce narrateur seul et désarmé face à un amour impossible ne vous laissera pas de marbre.

Verdict

Go go go ! Difficile d’être déçue par cette pépite chaudement recommandée par Edouard Louis et déjà en tête des ventes aux États-Unis. Par ses thèmes abordés (homosexualité, prostitution, maladie, solitude), le roman est puissant et la plume est à la fois pudique et viscérale. Bref, difficile de rester indifférente à ce livre.

Couverture du livre de Garth Greenwell

Ce qui t’appartient, Green Garthwell, Payot et Rivages, 21€

Héloïse Goy

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement