Quantcast

5 bons romans à dévorer au mois de novembre

Livres

Un récit passionné sur cette femme qui inspira l‘un des plus grands auteurs américains des années 1960, la toute nouveau grand voyage de Sylvain Tesson, le retour très attendu de Margaret Atwood à qui l’on doit La Servante Écarlate... Les pépites littéraires du moment, c’est par ici que ça se passe.

Tout savoir sur Anna Wintour

Le bon bouquin : Anna La Biographie d’Amy Odell

Le pitch.Femme dragon” du célèbre film Le Diable s’habille en Prada, rédactrice en chef tyrannique du plus grand magazine féminin au monde, femme engagée, visionnaire et passionnée… Qui se cache derrière la coupe au carré et les lunettes noires d’Anna Wintour ? Dans cette biographie non autorisée, Amy Odell dresse le portrait de la femme qui règne sur la microsphère fashion, de sa lente ascension à ses quelques faux pas, à l’abri des paillettes et des projecteurs.

Dès les premières pages, Anna pleure. Le 9 novembre 2016, au lendemain de l’élection de Donald J. Trump à la présidence et alors qu’un article du Women’s Wear Daily l’accuse d’aller trop loin dans son soutien à Hillary Clinton, la protagoniste craque devant son équipe. Voici la promesse de cette biographie : nous faire pénétrer dans les coulisses d’un magazine prestigieux et en connaître tous les acteurs.

Pour qui ? Pour toutes celles qui se sont souvent demandées ce qui pouvait bien se cacher derrière ce masque de froideur de la célèbre Anna Wintour. Afin de fournir une biographie ultra-complète, Amy Odell a interrogé les plus proches amis et collaborateurs de la protagoniste, de ses débuts en plein cœur du Swinging London à ses interviews controversées pour le Vogue US. Le portrait qui en résulte est d'une complexité déconcertante, tout à la fois intime et multifacette. 

Le plein de poésie

Le bon bouquin : Le café du temps retrouvé de Toshikazu Kawaguchi

Le pitch. Après le succès planétaire de Tant que le café est encore chaud traduit dans plus  de trentes pays, Toshikazu Kawaguchi nous ouvre de nouveau les portes du café Funiculi Finicula. La légende raconte qu’entre ses murs, les clients les plus avertis voyagent dans le passé le temps d’une tasse de café. L'objectif est de dire ce qui n'a pu être dit, d'apaiser des cœurs, de répondre à des questions restées sans réponses.

Gôtarô voudrait revoir un ami décédé il y a plus de vingt ans ; Yukio, dire à sa mère combien il s'en veut de n'avoir été plus près d'elle ; Katsuki, retrouver la jeune fille qu'il regrette de n'avoir épousé; Kiyoshi, offrir à sa femme le plus précieux des cadeaux… Avec pudeur et délicatesse, l’auteur dresse une galerie de personnages tendres et nous emmène dans l’intimité de ces clients en quête de paix intérieure.

Pour qui ? Toutes lectrices en quête d’un récit hors du temps qui lui permette, en quelques pages, de s’éloigner de la réalité. L’auteur sonde avec brio le temps qui s’écoule et explore les sentiments humains avec une justesse telle qu’on en vient à se demander si nous même les avions compris. Véritable bijou d'émotion et de tendresse, à dévorer en quelques heures seulement !

Le recueil engagé qui interroge le monde

Le bon bouquin : Questions brûlantes de Margaret Atwood.

Le pitch. Dans ce recueil de textes, d’articles, de préfaces et d’essais, le tout écrit entre 2004 et 2021, Margaret Atwood pose un certain regard sur notre monde. Du krach financier de 2008 à l'ascension de Donald Trump en passant par la guerre en Irak et la crise sanitaire, l’écrivaine aborde avec juste ce qu’il faut d’humour les grandes problématiques de ces dernières années.

L’évolution du féminisme, la crise environnementale, les régimes totalitaires, la place de l’artiste dans le monde... C’est parce que ces questions sont plus que pressantes que l’écrivaine déploie ses convictions avec finesse et curiosité. Si Margaret Atwood ne trouve pas de solutions à toutes ces problématiques, elle permet tout du moins le recul nécessaire sur ces deux décennies parcourues, non sans encombre. Ne vous y trompez pas, le récit peut s’avérer étrangement prémonitoire…

Pour qui ? Depuis ses débuts dans les années 1960, Margaret Atwood n’a cessé d’interroger le monde, plus particulièrement à travers la science-fiction et notamment la dystopie, thèmes sur lesquels elle a basé bon nombre de ses écrits. On a toutefois plaisir à la découvrir  décryptant l’actualité de ces dernières années. Féministe avant l’heure, l’auteure de La Servante Écarlate s’est toujours interressée aux femmes, à leur place dans le  monde et à leur destin. C’est pourquoi une grande partie du recueil interroge #metoo et notre rapport à la recherche d’authenticité et de vérité.

Au sommet du monde

Le bon bouquin : Blanc de Sylvain Tesson.

Le pitch. Après avoir parcouru l'Afghanistan, la Sibérie ou encore le Tibet, Sylvain Tesson (Dans les forêts de Sibérie) s’attaque aux Alpes. Sur quatre années, de 2018 à 2021, et accompagné de son ami guide de haute montagne Daniel du Lac alors que nous nagions en  pleine crise sanitaire, l’explorateur s’est lancé dans cette traversée à ski. La  France, l’Italie, la Suisse, l’Autriche… Mis bout à bout, il ne lui aura fallu que 95 jours pour aller de Menton à Trieste.

Dans le Blanc tout s’annule - espoirs et regrets. La blancheur pardonne. Elle masque l’inutile, taille à l’essentiel”, écrit l’écrivain. Cette traversée blanche est, pour lui, la définition même du voyage absolu, un véritable retour à ses sources qui lui permet, arrivé au sommet, de poser un regard plutôt critique sur notre monde. Avec toujours cette passion du livre qui le suit à la trace dans tous ses voyages, Saint Augustin en Haute-Savoie, Proust en Ubaye. Par ce récit, Sylvain Tesson livre sa clé du bonheur : l’altitude.

Pour qui ? Tou·te·s les explorateurs·trices qui ont l’aventure dans le cœur et le mal du voyage. Sylvain Tesson part en quête d’un ailleurs, d’un extrême, de la pureté et d’un absolu. Manière de fuir ce monde, l’écrivain cherche surtout à vivre pleinement et au plus proche de la nature, et c’est en ça qu’il fait rêver ses lecteurs depuis le début de sa carrière. Prendre de l’altitude agit sur lui comme une thérapie, et c’est en atteignant son sommet qu’il fera finalement un point sur le monde qui nous entoure et auquel il n’a jamais paru réellement appartenir.

Le portrait d’une femme extravagante

Le bon bouquin : June d' Emmanuelle de Boysson.

Le pitch. Pour tou·te·s les admirateur·trice·s du célèbre écrivain Henry Miller, à qui l’on doit Tropique du Cancer ou Jours tranquilles à Clichy, ce roman aux airs de récit autobiographique était nécessaire. Emmanuelle de Boysson (Je ne vis que pour toi) donne la parole à celle qui fut sa muse, June Mansfield, souvent oubliée et qui pourtant a inspiré ses plus grands écrits.

Tour à tour entraîneuse, serveuse ou comédienne, June n’a eu de cesse de brouiller les pistes. Sous les plumes d’Henry Miller et d’Anaïs Nin (Journal de l’amour), avec qui elle a formé un célèbre triangle amoureux, elle est devenue un personnage de fiction, mais n’a jamais eu l’opportunité d’exister par elle-même. L’écrivaine fouille cette vie palpitante, des taxi-dancings de Broadway jusqu’à sa retraite en Arizona, en passant par les transatlantiques et l’asile psychiatriqueJune Mansfield livre enfin sa vérité.

Pour qui ? Toute lectrice en quête du portrait d’une femme inspirante qui, dans l’ombre, a marqué l’histoire. Conteuse hors pair, Emmanuelle de Boysson brosse une peinture de la société intellectuelle américaine des années 1930, entre le New York de la Prohibition et le Paris de l’Entre-deux guerres. L’écrivaine dresse avec finesse une passionnante étude de caractère, celle d’une personnalité oubliée, romanesque, fantasque, mais surtout attachante, et recompose le puzzle d’une existence aux nombreuses zones d’ombre.

I love Elizabeth II de Bertrand Deckers

Quelques mois après son décès, son nom est toujours sur toutes les lèvres. La reine Elizabeth II a fasciné le monde entier pendant près d’un siècle, et pourtant qui peut se targuer de connaître sa majesté ? En fervent amoureux de la famille royale britannique, Thomas Deckers (Les Romanov) signe une véritable déclaration d’amour à celle qui fut la femme la plus célèbre du monde mais aussi la plus secrète. De son bureau à son trône en passant par le siège arrière de sa Rolls Royce ou encore le Royal Train, ce récit suit Sa Majesté afin de mieux connaitre la femme derrière la souveraine, une femme de devoir et de sacrifices.



Découvrez aussi 5 nouvelles séries à voir en novembre et les meilleures actus des galeries parisiennes

Autres suggestions

La semaine de Do It

À la une