Quantcast

Les nouveaux codes du cachemire

Hircus Cachemire

Investir dans un beau pull doudou en cachemire, ça n’a l’air de rien, comme ça. Et pourtant, ce petit plaisir pourrait s’avérer militant. Parce que passer à la slow fashion est devenu la responsabilité des modeuses averties, il est temps de se tourner vers les labels engagés qui revisitent les codes de cette matière naturelle, douce, sublime.

En l’occurrence, Hircus prône depuis 2014 un cachemire green, cruelty free, sans intermédiaire ni gaspillage, mais surtout franchement stylé. La griffe française, fondée par deux copains entrepreneurs, imagine un vestiaire intemporel avec la démarche écoresponsable qu’on attendait. Voici leurs 5 leçons...

1 - Choisir la meilleure laine


Les stars incontestées du cachemire, ce sont ces chèvres
Capra Hircus, une espèce aussi noble que fluffy (et donc particulièrement mignonne) élevée dans les plaines de Mongolie, capables de gérer des hivers à -40° grâce à leur laine exceptionnelle. Hircus a choisi d’y bosser main dans la main avec l’une des plus anciennes maisons à Erdos, la capitale mondiale du cachemire.

Et puisque la mode green signifie aussi de garder ses pièces fétiches d’une année sur l’autre, la griffe française sélectionne uniquement du cachemire de grade A : un gage de qualité qui signe les fibres les plus fines, les plus soyeuses et surtout les plus longues, ce qui rend ses pulls ultra-résistants.

2 - Tout miser sur les bleus


Scoop : y a pas que le gris, dans la vie… Le
bleu, c’est LA couleur de l’hiver pour un pull en maille, remarquée sur les défilés de Raf Simons, Etro et Off-White. Décliné du marine à l’azur en passant par des déclinaisons sauge, il illumine le visage et apporte de la douceur à un look de ville, nuance de la sérénité et de la sagesse ancrée dans les complémentaires ciel et mer.

Hircus s’empare des plus beaux bleus pour sublimer un cardigan à maille torsadée, un autre modèle preppy et tout-terrain, un gros jumper tricoté 4 fils ou le parfait petit pull à emporter partout et glisser sous une veste.

3 - Piquer le pull de son mec


Trêve d’hypocrisie : offrir un
pull en cachemire à son mec, c’est surtout l’assurance de pouvoir lui emprunter à loisir. Ça tombe bien, Hircus décline une collection pour hommes coolissime, avec des mailles bien épaisses et des jolis détails de cols et de boutons effet cuir… qui iront parfaitement avec notre 501 iconique.

4 fils gris à motif jacquard, à col rond dans un sublime vert anglais, en version col châle beige sable ou encore le parfait cardigan anthracite à maille torsadée… L’important n’est pas seulement de le voir dedans, mais de s’y voir un peu aussi.

4 - Repenser un système écobienveillant


Engagé depuis sa création,
Hircus n’utilise que du cachemire certifié The Good Cashmere Standard, un label green qui assure une production bienveillante pour l’environnement et la biodiversité, assurant le bien-être animal et le respect des conditions de travail des éleveurs.

Et parce que deux preuves valent mieux qu’une, il est également certifié Oeko-Tex, qui assure un contrôle des tissus à chaque étape de son traitement, des matières premières aux fils en passant par la teinture. Parce que les produits chimiques à même la peau, merci mais non merci.

5 - Assumer le manteau de style


Fait rare chez les spécialistes du cachemire,
Hircus deale une sélection alléchante de belles pièces outerwear. À savoir des manteaux en laine vierge et cachemire à des prix ne dépassant pas 420 € (une prouesse) : long gris à ceinture peignoir, blouson pied-de-poule à col fourré amovible, veste croisée beige à chevrons, style caban bleu marine ou encore long à boutons et carreaux Prince de Galles.

La petite surprise ? Le tissu naturellement déperlant signé Albano Morgado, le king de la laine au Portugal. À savoir que la laine, et le cachemire en particulier, sont des matières waterproof par essence. Essayez de verser quelques gouttes sur votre pull : elles ne pénètrent le tissu que si vous appuyez dessus...

Toute la collection à retrouver sur www.hircus.fr

Autres suggestions

La semaine de Do It

À la une