Quantcast

Les expos stars à voir en ce moment

Quelles sont les meilleurs expos à Paris ?

Le printemps, synonyme de promenades se révèle le parfait prétexte pour aller voir les expositions et rétrospectives majeures des grands musées et galeries de la capitale. Tour de piste des expos stars du moment.

La réouverture du musée de Cluny

Les adeptes du romantisme courtois incarné par Héloïse et Abélard et la Dame à la licorne trépignent : le musée de Cluny s’est refait une beauté et rouvre ses portes avec son lot de surprises épatantes.

Souvent mal connu des Parisien·ne·s, le musée de Cluny, alias le musée du Moyen-Âge, regorge de pépites et compte parmi les bâtisses historiques les plus belles de Paris avec les thermes gallo-romains datant de 2000 ans et son hôtel particulier du XVe.

Les trésors à (re)découvrir : des joyaux d’orfèvrerie comme les couronnes style Byzance dignes d’un défilé Dolce & Gabbana, des chapiteaux sculptés comme s’il en pleuvait, des bijoux de reines, des peintures où défilent les plus belles toilettes du XVe siècle et même des pièces secrètes aux plafonds voûtés où se rejoignaient les dames pour étaler leurs gossips de la cour…

Le truc en plus : le nouveau Café des Amis, notre nouveau spot ensoleillé pour l’été dans la cour Renaissance, comme au château de Blois.

Musée de Cluny, ouvert du mardi au dimanche de 9h30 à 18h15. Billet 12 €, tarif réduit 10 €. 28 rue Sommerard, Paris 5e.

Gaudí & Maillol au musée d’Orsay

Immersion dans le Barcelone du siècle dernier avec Gaudí qui débarque en grande pompe au musée d’Orsay avec ses plus beaux chefs-d’œuvre venus tout droit de Catalogne.

Architecte, décorateur, dessinateur, designer, Gaudí incarne le faste espagnol de la Belle Époque comme personne. Le parcours dévoile ses plus belles commandes Art Nouveau pour une clientèle aisée des années 1900 : des meubles d’ébénisterie, des salons en acajou kitschissimes reconstitués sur place, des sculptures de femmes à la mode médiévale ou encore des dessins somptueux de ses plus beaux projets d’urbanisme du Parc Guell à la Sagrada Familia.

Le truc en plus : autre star catalane à ne pas louper, Maillol et les sculptures de ses plus belles muses en mettent plein les yeux au public du musée d’Orsay.


Gaudí, ouvert du mardi au dimanche de 9h30 à 18h, jusqu’à 21h45 le jeudi. Billets 16 €, tarif réduit 13 €. Musée d'Orsay, esplanade Valéry Giscard d’Estaing, Paris 7e.

Romy Schneider à la Cinémathèque

Romy Schneider à la cinémathèque

La promesse : c’est l’exposition la plus glamour du printemps. Quarante ans après sa disparition, la Cinémathèque de Paris consacre une rétrospective fleuve à Romy Schneider.

Au programme : des reconstitutions en vrai de films cultes comme Sissi, depuis les costumes jusqu’aux décors, des photos officielles en tailleur Chanel ou plus intimes en backstage où l’on découvre une diva fragile, émouvante mais surtout un bourreau de travail et une actrice férue de liberté.

Et après ? En profiter pour aller boire des coups et manger une pizza à La Felicità, juste de l’autre côté de la Seine.

Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 19h et le week-end de 11h à 20h. Fermé le mardi.

Billet sur réservation obligatoire. Exposition Romy Schneider à la Cinémathèque de Paris jusqu’au 31 juillet 2022.

© Robert Lebeck

Charles Ray à la Bourse de Commerce

Charles Ray à la fondation Pinault

La promesse : le sculpteur qui a le vent en poupe dans le monde de l’art contemporain s’invite à la Fondation Pinault et au musée Pompidou pour une exposition spectaculaire où l’on retrouve ses œuvres phares comme Horse and Riders. Charles Ray explore le monde antique et la figure humaine avec humour, utilise l’illusion et la mimesis sur des scènes quotidiennes avec brio. L’artiste questionne le temps, l’espace et le réel mais élabore aussi une réflexion sur l’existence qui bouscule les consciences.

Et après ? On file déguster de bons petits plats à prix d’ami dans un extraordinaire décor Belle Époque au Petit Bouillon Pharamond.

Charles Ray jusqu’au 6 juin à la Bourse de Commerce, 2 rue de Viarmes, Paris 1er. Ouvert tous les jours de 11h à 19h. 14 €.

Jusqu’au 20 juin au Centre Pompidou, Ouvert tous les jours de 11h à 21h. 14 €.

© Charles Ray, Parvis de la Bourse de Commerce - Pinault Collection, Paris, 2021, Courtesy Pinault Collection, Photo Aurélien Mole

Cézanne et Kandinsky à L’Atelier des lumières

Cézanne et Kandinsky à l'atelier des lumières

La promesse : le maître de la Provence investit L’Atelier des Lumières dans une ambiance de guinguette sur fond de Django Reinhardt pour une expo immersive colorée à en perdre l’équilibre, où défilent en tourbillon des bouquets, prairies et forêts à 360° avant de rejoindre les mythiques villages de Provence. À ne pas louper : Kandinsky en guest-star.

Et après ? Aller bruncher chez Les Niçois à deux pas.

Cézanne et Kandinsky à L'Atelier des Lumières, 38 rue Saint-Maur, Paris 11e. Ouvert tous les jours de 10h à 18h, nocturne jusqu’à 22h le week-end. Entrée 16 €, 11 € pour les moins de 25 ans.

© Culturespaces Eric Spiller

Le Petit Prince au MAD

Le petit prince au musée des arts décoratifs

La promesse : retomber en enfance. L’expo marque les retrouvailles avec le romancier du Petit Prince, ses amours pour sa mère, pour la jeune Louise de Vilmorin mais surtout pour l’aviation et le dessin, qui s’avère être au centre de la rétrospective. L’occasion de découvrir des esquisses par dizaines du Petit Prince sur sa planète, des lettres confirmant la passion de Saint-Exupéry pour les voyages et l’aventure, sans oublier le manuscrit original du livre.

Et après ? Se poser en terrasse pour une bonne pasta chez Loulou, le spot le plus mondain de la capitale pour déjeuner.

À la rencontre du Petit Prince, au Musée des Arts décoratifs, 107, rue de Rivoli, Paris 1er. Ouvert du mardi au dimanche, de 11h à 18h, 20h les week-end et nocturne le jeudi. Entrée 14 €, gratuit pour les moins de 26 ans.

L’hommage Alber Elbaz au Palais Galliera

Albert Elbaz au Palais Gallierra

La promesse : revivre comme si vous y étiez le show hommage à Alber Elbaz de la dernière fashion week de Paris. Les 40 plus grands noms de la couture étaient invités à recréer une tenue dédicace au couturier à coups de nœuds pap’, cœurs et grandes robes que l’on peut enfin voir en vrai. Le Palais Galliera a carrément recréé le décor du défilé : lumières, musiques, podiums, décors, confettis lancés, ordre des silhouettes des mannequins…Tout y est !

Et après ? Profiter de l'afternoon tea de palace au Shangri-La, le nouveau must à adopter le week-end.

Le musée est ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h, et les jeudis jusqu’à 21h. Billet sur réservation : 12 € l’entrée. Gratuit pour les moins de 18 ans. Visite guidée d’1h30 sur réservation.

Graciela Iturbide à la Fondation Cartier

Graciela Iturbide à la fondation Cartier

La promesse : un aller simple pour Mexico avec des grigris, amulettes et figurines typiques, des tirages iconiques en noirs et blanc de silhouettes comme posées dans le décor du désert mexicain qui ont fait le succès de Graciela Iturbide. La photographe éblouit Paris avec des sujets prenants et inaugure en exclu pour la Fondation Cartier des clichés en couleur jamais révélés.

Et après ? La pause gourmande aux Merveilleux de Fred, rue Daguerre, à 5 minutes à pied.

Graciela Iturbide à la Fondation Cartier, 261 boulevard Raspail, Paris 14e. Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 20h, nocturne le mardi jusqu’à 22h. Entrée 12 €, tarif réduit 8 €.

© Graciela Iturbide

Pionnières au Musée du Luxembourg

Pionnières au musée du Luxembourg

La promesse : un voyage dans le Paris des Années Folles, capitale de la modernité, de l’art et de la liberté sexuelle. Au programme, des garçonnes comme Joséphine Baker ou Colette, des avant-gardistes du genre comme Suzy Molidor, Marie de Laurencin et Nicole Groult, des œuvres olé-olé réalisées par des femmes en début de siècle, mais aussi de la mode avec Coco Chanel.

Et après ? Et pourquoi pas finir en beauté avec un fabuleux cocktail ? Rendez-vous chez

Solera à deux pas du Panthéon.

Pionnières, ouvert tous les jours de 10h30 à 19h, nocturnes les lundis jusqu’à 22h. Entrée 13 €, tarif réduit 9 €. Réservation en ligne.

© Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 / photo François Fernandez

Yves Saint Laurent au Musée d’Orsay

Yves Saint-Laurent au musée d'orsay

La promesse : les plus belles pièces d’Yves Saint Laurent exposées à travers six musées emblématiques de la capitale qui l’ont inspirés depuis l’enfance. Direction l’ancien hall de la gare d’Orsay, dans le Salon de l’Horloge où sont disposées des tenues de fêtes pour les grands bals et les croquis d’Yves Saint Laurent. Dans une ambiance proustienne, on replonge dans l’univers de l’écrivain qu’adulait tant le couturier à coup de smokings à gogo et robes satinées à manches gigot portées par Jane Birkin en 1971.

Et après ? On parfait l’atmosphère grand soir dans le café du musée devant la petite horloge au café du musée ou on fonce bruncher au café cuppa à deux pas.

Yves Saint Laurent au Musée d'Orsay, Esplanade Valéry Giscard d’Estaing, Paris 7e. Du mardi au dimanche de 9h30 à 18h, nocturne le jeudi, entrée 16 €, gratuit pour les moins de 25 ans.

© Nicolas Mathéus

Aux sources des nymphéas à l’Orangerie

Aux sources des Nymphéas à l'orangerie

Pour qui ? Les adeptes de l’impressionnisme.

La promesse : des fleurs à gogo sous toutes les coutures, des classiques de l'impressionnisme et des natures mortes florales par Monet et Caillebotte. Cette exposition hautement immersive nous emmène à l’intérieur des plus beaux bouquets parisiens, fortement influencés par le japonisme en vigueur au XIXe siècle. Un parcours poétique pour s’évader quelques heures hors du temps et découvrir l’ébauche des Nymphéas.

Et après ? On se pose sur la terrasse idyllique signée Rose Bakery devant le Jeu de Paume, également dans les Tuileries, collée à l’Orangerie.

Le décor impressionniste, aux sources des Nymphéas au musée de l’Orangerie, Jardin des Tuileries, place de la Concorde, Paris 1er. Ouvert du mercredi au lundi, de 9h à 18h. Billet 12 €, tarif réduit à 10 €.

© Sophie Crépy

Cap sur la Finlande avec Gallen-Kallela

Gallen-Kallela au musée Jacquemard

La promesse : on embarque en Finlande avec le peintre Gallen-Kallela pour une virée dans l’arrière pays. Décors ruraux, personnages authentiques et sujets mythologiques se retrouvent dans une esthétique symboliste qu’il développera au milieu de sa carrière. L’artiste sublime les paysages naturels dont ses nuages poétiques et ses couchers de soleil comme on n’en voit que dans le Grand Nord.

Et après ? Le salon de thé du musée installé dans le décor somptueux de l’hôtel particulier reste un must pour déguster des pâtisseries ou carrément le plat du moment sur le thème Grand Nord de l’expo dans un décor Second Empire.

Gallen-Kallela au musée Jacquemart-André, 158 boulevard Haussmann, Paris 8e. Ouvert tous les jours de 10h à 18h, nocturne le lundi jusqu’à 20h30. Entrée 15 €, tarif réduit 12 €. Jusqu’au 25 juillet 2022.

© Jouko Vatanen et ©The Gallen-Kallela Museum / Jukka Paavola

Boldini au Petit Palais

Boldini au Petit Palais

La promesse : on retrouve le style bouillonnant de Giovanni Boldini, le peintre de l’élite internationale en 1900 qui fait l’esquisse des capitales de la Modernité et d’une époque de grand faste. Ça donne des portraits épatants de comtesses, demi-mondaines, comédiennes ou dandy mais aussi le tableau d’une atmosphère propre à la Belle Époque : des soirées bien arrosées, deux BFFs prenant un café en terrasse, des mères de bonnes famille ou des femmes libres et émancipées.

Et après ? Un goûter stylé avec vue sur le Grand Palais dans un décor de rêve au jardin du Petit Palais.

Boldini au Petit Palais, avenue Winston-Churchill, Paris 8e. Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h, nocturne le vendredi jusqu’à 21h. Billets 14 €, tarif réduit 12 €. 01 53 43 40 00.

© RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski et © Collection particulière

Les fantômes d’Orsay par Sophie Calle

Sophie Calle au Musée d'Orsay à Paris

La promesse : l’univers complètement déjanté de Sophie Calle, l’artiste phare de la galerie Perrotin, qui a littéralement squatté le musée d’Orsay en 1978, alors abandonnée pour travaux afin de devenir l’institution que nous connaissons aujourd’hui. Au programme : des ready-mades, des photographies canons de l’hôtel d’Orsay mais aussi des objets appartenant à des inconnus pour lesquels elle développe un engouement obsessionnel digne d’une véritable stalkeuse.

Et après ? Le café-restaurant exquis en plein cœur du musée, pour déguster des mets par le chef Yann Landureau qui s’inspire des expositions pour ses créations culinaires épatantes.

Sophie Calle, au Musée d’Orsay, Esplanade Valéry Giscard d’Estaing, Paris 7e. Ouvert du mardi au dimanche de 9h30 à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h45. Entrée 16 €, tarif réduit 13 €.

© Richard Baltauss,© ADAGP, Paris 2022

Les héroïnes romantiques au Musée de la Vie Romantique

Héroïne au musée de la vie romantique

La promesse : Une expo girl power qui revisite les mythes féminins sur fond de tragédie depuis Cléopâtre à George Sand par les artistes romantiques du XIXè siècle. Ça donne des chefs-d’œuvres d’odalisques se prélassant sur des grands divans, des figures endormies au bord de l’eau et jeunes demoiselles en détresse se faisant secourir par un prince charmant. Le parcours consacre les plus grands peintres comme Eugène Delacroix ou Théodore Chassériau avec des peintures super léchées où les femmes sont sublimées en héroïnes de leur temps ou du passé.

Et après ? Le café buvette ultra canon Rose bakery sous une verrière XIXè en mode jardin secret dans la cour du musée avec son mini potager et ses grands buissons de fleurs.

Héroïnes romantiques, au Musée de la vie romantique, 16 rue Chaptal, Paris 9e. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Entrée 9 €, tarif réduit 7€.


Découvrez aussi 19M : le nouveau centre initié par Chanel dédié aux métiers d'Art et où bruncher à Paris

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nomadism

Glamping : des virées stylées en van dignes d’un palace

week-end-ascension

Que faire à Paris le week-end des 28 et 29 mai ?

bijoux

LES BIJOUX PARFAIT POUR BRILLER SOUS LE SOLEIL

Ajaccio

Ajaccio : nos adresses préférées pour une escapade de rêve

carrie-solomon

LE BREAKFAST CALIFORNIEN QUI A TOUT BON

Giorgio

Le nouveau brunch italien en terrasse

fete-des-meres

LES CADEAUX À MOINS DE 50 € POUR LA FÊTE DES MÈRES

Livre Mai

3 bons romans à dévorer pour les ponts de mai

fete-des-meres

TELLE MÈRE, TELLE FILLE !

massage-cellulite

3 SOINS POUR ATOMISER LA CELLULITE À MOINS DE 100 €

flambeau

LE FLAMBEAU : QUE VAUT LA SUITE DE LA SÉRIE DE JONATHAN COHEN SUR CANAL+ ?

Baguettes Paris

Où trouver les meilleures baguettes de Paris ?

Valmont

Un après-midi mère-fille pour se faire chouchouter dans un palace

seins

COMMENT AVOIR LES PLUS BEAUX SEINS DE PARIS ?

Vignes

2 virées insolites pour tout savoir sur les vins et champagnes

vital

LE SECRET BEAUTÉ DE JENNIFER ANISTON

Spectacles

5 spectacles à booker absolument

Les Jardins De Coppelia

Une virée normande entre mer et campagne… sans voiture

best breakfast in paris

Où se taper un breakfast d’auteur à Paris ?

Sando

Où déguster un sando, ces sandwichs japonais ultra-fluffy ?

tartes-fraises

OÙ SE TAPER UNE TARTE AUX FRAISES DE FOLIE ?

sandales

LES PETITES TALONS QUI ONT TOUT BON

Parfums

8 parfums qui sentent bon le printemps

series-mai

LES 3 BONNES SÉRIES À VOIR EN MAI

Maillot De Bain Homme

10 shorts de bain de beau gosse

Dott

Itinéraire d’un dimanche parfait à Paris

Cova Patisserie Italienne

Une pâtisserie chic comme à Milan

que-faire-en-mai

Tout ce que vous devez faire à Paris en mai

Lodge Loire Valley

Insolite : des lodges perchés en pleine forêt à 1h30 de Paris sans voiture

19m

Le 19M : le nouveau centre initié par Chanel dédié aux métiers d’art

Brasserie Lonchamps

La nouvelle terrasse plein soleil à réserver ASAP

Recette Ceviche

Comment préparer un ceviche vite fait, bien fait ?

expos-printemps

LES EXPOS STARS À VOIR EN CE MOMENT

festivals-ete-2019

Les festivals les plus stylés de l’été

À la une