Le rendez-vous culte des parisiennes

Le rendez-vous culte des parisiennes

Le rendez-vous culte des Parisiennes

C’est le rendez-vous qu’il faut avoir testé une fois dans sa vie. Dans la pure lignée du Grand Prix de Monaco ou de Roland Garros, le Prix de Diane Longines est le rendez-vous hippique le plus chic d’Europe ! Depuis 1843, happy few et it girls du monde entier se pavanent au cœur de cette extraordinaire course qui s’avère aussi un rendez-vous stylé et mondain.

 

Imaginez l’esthétique du film Marie-Antoinette de Sofia Coppola téléporté aux pieds du château de Chantilly. À commencer par les extraordinaires tenues. Chapeaux de rigueur, cocktails, concerts pointus et courses de haute volée, dans un esprit tropiques-chic. Un must.

 

©Florian Léger SHARE & DARE

Un concert stylé

Pour ambiancer cette chic-issime journée et donner des allures de fiesta aux courses, la programmation musicale a été confiée cette année à… Naive New Beaters, le groupe coolissime qui assurera le concert d’ouverture. Leur mission ? Électriser les Parisiennes avec les beats de leur dernier album aux résonances pop et disco. Tout ce qu’on aime.

 

Pour les dernières éditions, Brigitte et Synapson avaient ambiancé l’audience comme jamais et assuré une atmosphère chill extraordinaire, le temps d’un show en plein air à faire pâlir les accros à Calvi on The Rocks ou du More Festival.

 

Concert gratuit au Village de Diane à 12h30.

Pique-nique chic

Allongé sur les pelouses du Village de Diane, le pique-nique devient un lifestyle. Le déjeuner sur l’herbe s’avère une parenthèse furieusement élégante qui n’a rien à envier aux “lunches” des socialites anglaises à Ascot.

 

Option 1. On amène son propre pique-nique et on déjeune sur l’herbe entre amis ou en famille tout en profitant des courses. Tout ce qu’on aime !

 

Option 2. Booker à l’avance le pique-nique très chic signé Fauchon, présenté dans une splendide boîte à chapeau remplie de légumes à croquer, club sandwichs, rafraîchissements, chips de légumes, fromages et pâtisseries (35 €).

 

Réservez votre pique-nique sur www.billetterie.france-galop.com

 

Option 3. Prendre sa place dans le coin We Are Horse Racing, le spot le plus chill de l’événement. Au programme : palmiers, transats, piscine en trompe l’œil, happy hour et  initiation aux paris. Le grand kiff (30 €).

 

Bookez votre place sur www.billetterie.france-galop.com

 

©Florian Léger SHARE & DARE

Chapeaux olé olé   

C’est la grande tradition ! Couronnes de fleurs, jeu de barrettes, bijoux de tête, borsalino ou capelines sont de rigueur… À vous de choisir le couvre-chef le plus sensationnel et stylé. Et pour cause : depuis sa création, le Prix de Diane Longines, outre ses courses mythiques, est le rendez-vous incontournable des modeuses. Autrefois, les grands couturiers y organisaient même des défilés de mode.

 

Version 2018, le dress code reste toujours exigeant ! Sortez vos robes boho, pantalons à fleurs et talons compensés pour fouler le gazon avec distinction. Sans oublier le fameux concours d’élégance pour le titre de Mademoiselle Diane par Longines. La finaliste gagnera une sublime montre Longines !

 

Shooting photo sur le catwalk de l’hippodrome, situé dans le Village de Diane de 11h00 à 13h30.

 

©Florian Léger SHARE & DARE

Invitation

Quand ? Dimanche 17 juin de 11h à 19h.

Comment ? Inscrivez-vous vite avec vos ami(e)s ici.

Où ? Au cœur du Village de Diane, le carré branché de l'événement, au Prix de Diane Longines de 11h à 19h.

On y va comment ?

  • En voiture : 40 km de Paris via l’autoroute A1 sortie Survilliers ou Senlis. Sur votre GPS : Avenue de la Plaine des Aigles, 60500 Chantilly.

  • BON PLAN : venez entre amis, on vous offre votre place de parking sur place si vous venez à 4 ou + en voiture (pas de réservation à faire) !

Parking : 5 € la journée. Il est conseillé de réserver sa place à l’avance.

10 bonnes raisons de préférer Paris à New York

On a souvent tendance à les comparer. Paris ou New York, laquelle va l’emporter ? À l’occasion de la sortie de son livre The New Paris (aux éditions Abrams), on a demandé à la journaliste américaine Lindsey Tramuta, correspondante pour le New York Times et auteure du blog Lost in Cheeseland, de nous aider à faire le choix. Cette francophile convaincue a quitté sa Philadelphie natale en 2006 pour s’installer à Paris où elle vit avec son mari frenchie et leurs deux chats. CQFD.

1. Bien boire et bien manger, pas besoin de choisir !

A Paris, il y a plein de bars/restos qui proposent à la fois une super cuisine et des bons vins, y compris naturels, à des prix vraiment accessibles. Une chance ! Quand je vois les prix des vins aux US, j’hallucine, mieux vaut prendre une bière ! Dans certains Etats, la licence pour l’alcool est tellement chère et difficile à obtenir que beaucoup de restaurants demandent aux gens de ramener leurs propres bouteilles.

Je vais régulièrement chez Martin dans le Marais. On peut prendre une bonne bouteille sans se ruiner avec des petites assiettes qui changent tous les jours selon le marché : fromage, plat de légumes marinés, du poisson…

Martin, 24 Boulevard du Temple, 75011 Paris

2. La bistronomie, c’est trendy

Même si la mouvance gastronomique française est importante à New York avec des chefs comme Eric Ripert ou Daniel Boulud, leur cuisine reste assez tradi. C’est pas le genre d’endroit où l’on va tous les jours.

En France, il y a beaucoup plus de modernité dans les assiettes. La bistronomie est passée par là. Je déjeune souvent chez Tannat qui propose une formule imbattable à 15 €. Le menu change tous les jours, ça reste léger, les dressages sont très soignés et le lieu est beau.

Tannat, 119 Avenue Parmentier, 75011 Paris

3. Une pâtisserie où vous voulez, quand vous voulez

Aux Etats-Unis, les grands gâteaux sont réservés aux grandes occasions : un anniversaire, un mariage, pour fêter une réussite… Bref, il faut une raison particulière. A Paris, les gens se font plaisir, sans qu’il y ait besoin de prétexte et sans culpabiliser. Il faut dire qu’avec le choix qui existe ici, on pourrait facilement tester un nouveau gâteau par jour ! J’aime beaucoup Fou de Pâtisserie, un mutlimarque de la pâtissierie, où l’on trouve dans un même endroit le cheesecake de Jonathan Blot (Acide), les financiers d’Hugo & Victor, des créations de Pierre Hermé

Fou de Pâtisserie, 45 Rue Montorgueil, 75002 Paris

4. Le jus de chaussette c’est terminé, place au café de spécialité

Depuis quelques années, l’espresso n’est plus la seule option, Paris a enfin introduit le café de spécialité. C’est un produit frais, de qualité, qui nécessite un vrai travail : du choix de la provenance à la torréfaction en passant par la récolte. Au goût, ça n’a rien à voir. De nombreux coffee shops ont ouvert, avec une déco minimaliste calquée sur le modèle anglo saxon. Mais la vraie différence réside dans des lieux comme La Fontaine de Belleville qui sert un café filtre de haute volée dans un cadre authentique et vintage, typiquement parisien, qu’on ne retrouvera jamais aux Etats-Unis.

La Fontaine de Belleville, 31 Rue Juliette Dodu, 75010 Paris

la fontaine de belleville restaurant

5. Le chocolat : meilleur antidépresseur ever

Aux Etats-Unis, il y a des artisans chocolatiers, mais franchement ça n’a rien à voir. On parle beaucoup des Mast Brothers installés à Brooklyn, ils sont très connus pour le packaging, mais je ne suis pas fan de leurs tablettes. Pour moi, le chocolat français est très raffiné et beaucoup moins gras. Moralité, il n’y a pas de mal à se faire du bien chez la Maison du Chocolat ou Patrick Roger.

La Maison du Chocolat, 225 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris

Patrick Roger, 108 Boulevard Saint-Germain, 75006 Paris

6. Cheers, les cocktails french touch ont la côte

J’ai découvert la mixologie « à la française » grâce à Sullivan Doh, co-fondateur des bars Le Syndicat Cocktail Club et de La Commune. Il réalise tout un travail autour des spiritueux français (cognac, armagnac…), qu’il intègre dans ses cocktails. C’est hyper intéressant.

Le Syndicat Cocktail Club, 51 Rue du Faubourg Saint-Denis, 75010 Paris

La Commune, 80 boulevard de Belleville, 75020, Paris, France

7. Les Parisiennes ont toujours le style

Il n’y a même pas de comparaison possible ! Et contrairement à ce que pensent les Américains, il n’y a pas un seul look parisien. La Parisienne peut être rock, hipster, bourgeoise… elle aura toujours un style inné, très difficile à imiter. Essayez de reproduire un look sur une Américaine, ça n’a rien à voir !

J’ai développé mon propre style à Paris. Je m’habille beaucoup chez Sézane, je trouve que la marque de Morgane Sézaroly à « ce quelque chose en plus ». J’ai découvert plein de créateurs chez Sept Cinq et chez Atelier Couronnes : les bijoux Médecine Douce et Louise Damas, les sacs Fauvette et Tammy et Benjamin. Ils ont en commun une finesse, une élégance. Ils sont très féminins sans être girly.

sézane marque de vêtements

8. Les pharmacies sont so chic

Ce n’est pas un mythe. Les pharmacies parisiennes sont vraiment top pour les crèmes de soin et tellement plus chics qu’aux Etats-Unis. Je me fournis régulièrement en crèmes Avène et Bioderma. Je fais confiance les yeux fermés à ces marques cliniques vendues à prix abordables.

9. Un verre en terrasse

C’est tellement convivial et sympa. A New York, c’est plus compliqué. Déjà, il faut réserver et quand vous arrivez à booker une table, vous pouvez rarement vous contenter de prendre un verre, en général il faut dîner. Mes QG à Paris? La terrasse de l’Hôtel Providence, un lieu intime, à l’abri de l’agitation du boulevard. En plus, j’aime bien l’idée que l'hôtel devienne un vrai lieu de vie pour les Parisiens. Il y a aussi La Marine au Canal Saint Martin et Republique of Coffee. Ok, ce n’est pas vraiment une terrasse, mais ils peuvent ouvrir la véranda quand il fait beau, c’est très lumineux et surtout, on n’est pas gêné par le bruit des voitures.

Hôtel Providence, 90 Rue René Boulanger, 75010 Paris

La Marine, 55Bis Quai de Valmy, 75010 Paris

Republique of Coffee, 2 Boulevard Saint-Martin, 75010 Paris

terrasse-hôtel-providence

10. Ça bouge à Paris

C’est tout l’objet de mon livre The New Paris. Quand je suis arrivée à Paris en 2006, je sortais de la Temple University à Philadelphie où j’ai étudié la langue française et la littérature. A cette époque, j’avais l’image d’une ville musée tournée vers son passé, prisonnière de son histoire et réfractaire au changement. En 10 ans, les choses ont beaucoup évolué, sans que ce soit trop brutal pour autant. Car contrairement à New York, qui avance à une vitesse fulgurante, Paris va à son rythme et c’est rassurant. Concrètement, cela s’est traduit principalement par l'avènement de la bistronomie, l’influence des chefs étrangers, le développement de la street-food, l’essor de la bière artisanale, l’émergence de jeunes créateurs (Jacquemus, Y/Project, Koché) et le regain d’intérêt pour le fait main. J’ai observé tous ces phénomènes à la loupe pour mon livre.

lindsey-tramuta

The New Paris de Lindsey Tramuta, aux éditions Abrams, aux éditions Abrams. Disponible uniquement en anglais.

Plus d’infos sur le blog de Lindsey www.lostincheeseland.com

Julie Zwingelstein

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement
,