3 bonnes raisons de devenir minimaliste

C’est le nouveau statement mode qu’il est de bon ton d’adopter. Comme son nom l’indique, le minimalisme réside dans l’épure. L’idée ? Vivre avec le moins d’affaires possible, libre à chacun d’en fixer le nombre exact. Attention, chaque possession est comptabilisée, tous objets confondus : une paire de chaussettes, une machine à café, un bonnet...

Le mouvement a littéralement explosé suite à la diffusion du documentaire Minimalism : A documentary about important things sur Netflix devenu viral. En quelques mois, Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus, les deux Américains à l’origine du phénomène, sont devenus les nouveaux gourous de fidèles en quête de sens dans une société matérialiste, où l’on achète trop souvent sans réfléchir. Alors, pourquoi devrait-on y adhérer ?

1. Pour gagner de l’argent sans rien faire (ou presque)

Puisque les minimalistes ne conservent que les objets qui comptent vraiment pour eux, votre première action consistera à vous débarrasser de tout le superflu. Concrètement, les stilettos vertigineux (pour ne pas dire casse gueule) que vous avez achetés sur un coup de tête, les livres qui prennent la poussière sur votre étagère, la télé que vous n’avez plus allumée depuis la victoire de Jenifer à la Star Ac’ (c’était en 2002 !)…

Dans une vidéo postée sur Facebook, Maxime Barbier, fondateur de MinuteBuzz, explique qu’en vendant l’intégralité de son mobilier et une grande partie de ses biens (il en a gardé 200), sa conversion au minimalisme lui a permis de financer ses vacances.

A chacun sa méthode pour faire le grand tri. Comme Marie Kondo, la reine du rangement, les minimalistes recommandent de faire une sélection en entonnoir. Commencez par bazarder les vêtements et objets dont vous n’avez plus envie, en cas de doute laissez mijoter dans un sac poubelle. Si vous n’y touchez pas pendant 2 mois, c’est que vous êtes prêt à vous en séparer. Le Bon Coin, Vestiaire Collective, l’appli Vinted et les dépôts-ventes comme La Cloakroom et La Frange à l’envers seront vos meilleurs amis. Les objets sentimentaux seront triés en dernier.

2. Pour ne plus subir la rengaine de "Je n’ai rien à me mettre" / Pour gagner une demi-heure de sommeil le matin

Vous connaissez la chanson ? On parie pourtant que votre dressing est plein à craquer au point qu’une pile de jeans menace de vous tomber sur le nez tous les matins. Dans leurs armoires, les minimalistes prônent l’essentiel, en privilégiant systématiquement les basiques. Combien ? Avec 30 pièces qui peuvent se mixer entre elles, vous avez déjà bien assez pour composer un max de combinaisons. Mathilde Lacombe , fondatrice de Birchbox et sérial shoppeuse, a confessé sur Instagram avoir été encouragée par le documentaire Netflix à faire le vide dans sa garde-robe. Son credo ? Miser sur un uniforme, en l’occurrence le combo chemises à rayures/jeans, qu’elle décline dans une poignée de modèles. Elle gagne ainsi un temps précieux le matin.

3. Pour être (plus) heureux

Le minimalisme serait source de bonheur, c’est en tout cas la quête suprême des fidèles du mouvement et la promesse formulée par Ryan Nicodemus et Joshua Fields Millburn. Leur constat est simple : l’argent, et tout ce qui s’achète avec, ne font pas le bonheur.

Sinon comment expliquer que dans notre société de (sur)consommation, même les plus fortunés ne soient pas assurés de mener une existence joyeuse et pleinement épanouie.

Conditionnés par la publicité et les images de vies parfaites qui circulent sur les réseaux sociaux, nous avons tendance, consciemment ou non, à vouloir nous entourer d’objets pour combler le vide… en vain. La joie du shopping compulsif est généralement de courte durée. Ryan Nicodemus le formule ainsi : "Je dépensais l’argent plus vite que je le gagnais et j’étais malheureux".

Le mantra des minimalistes ? Consommer moins mais mieux. Traduction, ne garder que ce qui a de la valeur à vos yeux et/ou ce qui vous apporte de la joie. Plutôt que de vendre vos affaires, vous pouvez en faire don à vos amis ou à la Croix Rouge, le plaisir procuré sera d’autant plus gratifiant. Ensuite, n’achetez que ce qui vous fait réellement envie. Sachez différencier le caprice du moment, de l’achat raisonné que vous ne regretterez jamais. Au final, les minimalistes disent se sentir "plus légers" et s’offrent plus volontiers des expériences (voyages, restaurants, théâtre…), certes immatérielles mais sources d’émotions. Alors, prêt pour le grand saut ?

Pour potasser le sujet :

Matt D’Avella, réal, Minimalism: A documentary about important things sur Netflix

TheMinimalists.com

Dominique Loreau, L’art de la simplicité, Robert Laffont

Béa Johnson, Zéro Waste Home, Scribner

Marie Kondo, La Magie du rangement, Broché

Retrouvez aussi le nouveau yoga qui buzze

Julie Zwingelstein

L'été de Do IT IN PARIS

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement
,