Quantcast

Nomadland : le road-movie aux 3 Oscars

Nomadland

On devait déjà à Chloé Zhao Les chansons que mes frères m’ont apprises présenté à Sundance en 2015 et l’excellent néo-western The Rider. La réalisatrice américaine délivre une prouesse avec Nomadland, un road-movie social qui vient juste de rafler les Oscars du meilleur film, de la meilleure réalisatrice et de la meilleure actrice pour l’incomparable Frances McDormand. Rien que ça. 3 raisons de foncer voir ce vrai beau film.

1 - Parce que Frances McDormand est vraiment la meilleure actrice

Elle n’aura pas volé son troisième Oscar après 3 Billboards et Fargo. Chouchoute des frères Coen et du tout Hollywood en général, Frances McDormand trouve dans Nomadland l’un des rôles les plus forts de sa carrière déjà exceptionnelle, entourée d’acteurs non-professionnels qui confèrent au film un aspect documentaire et finalement assez pédagogique.

Dans les baskets de Fern, une ouvrière du Nevada qui a perdu mari, job et maison suite à la crise de 2008, elle s’avère d’une pureté éclatante à bord de son van, éprise de liberté, traversant les vastes plaines au gré des rencontres et petits jobs saisonniers qu’elle accomplit toujours sans rechigner, du ménage des toilettes au ramassage de betteraves, sans jamais faire de vagues.

2 - Pour ce qu’il dit de la société américaine

Isolée, veuve, sans enfants, Fern personnalise et bichonne le van dans lequel elle dort et voyage. Profondément antisystème et fort mal à l’aise dans cette société qui trouve normal de s’endetter toute une vie pour s’offrir un toit, son mode de vie pas si marginal lui convient. D’autant plus qu’elle noue des liens très fort dans une communauté de nomades animée par un monsieur doué pour trouver les mots qui apaisent, jamais avare de conseils pour améliorer son quotidien sur les routes.

Malgré la solitude des repas et des nuits, Fern est nourrie par un espoir : celui des rencontres et de l’imprévu, loin du métro-boulot-dodo qui lisse les destins et anéantit le libre-arbitre. En somme, chacun est invité à réfléchir sur la place qu’il veut s’offrir, et le choix devient un luxe.

3 - Pour la superbe photographie

Le désert rocailleux à perte de vue, des pierres qui se ramassent et s’offrent, le coucher du soleil sur la plaine, la perspective de routes infinies, les rivières où l’on se baigne nu·e… Chloé Zhao parvient à capturer la beauté d’un décor naturel, respecté et admiré par les nomades plus que quiconque connectés à la terre. Une terre qui accepte de leur faire de la place, qui leur offre l’espace suffisant pour la découverte, promesse de surprises et d’éblouissement.

En salles le 9 juin

Et aussi...

petite maman

Son charmant conte initiatique enchante cette “rentrée” cinéma. 3 bonnes raisons de prendre sa place pour Petite Maman de Céline Sciamma, en salles le 2 juin.

1 - Pour la délicatesse de son étonnante histoire

Difficile de trouver quelconque critique négative de son nouveau film. Céline Sciamma enchaîne les coups de cœur avec son onirique Petite Maman, véritable plongée intime dans le temps, ôde à la transmission maternelle et à l’enfance. Après le décès de la grand-mère adorée et une très belle scène d’adieux dans un Ehpad (qui résonne particulièrement avec l’actualité), il faut aller vider sa maison.

La maman disparaît soudainement, mais le père (Stéphane Varupenne de la Comédie-Française) continue à trier les souvenirs. Nelly, 8 ans, ne comprend pas ce départ et se réfugie dans la forêt environnante. Elle y rencontre sa propre mère au même âge, “petite maman” devenue partenaire de jeu et surtout confidente. Un voyage dans le temps fantastique qui crée la possibilité d’un partage inespéré.

2 - Pour le réalisme magique de Céline Sciamma

Son Portrait de la jeune fille en feu avec Adèle Haenel était plus ambitieux (costumes, décors), et pourtant Petite Maman a ceci de magique qu’il semble si simple et pourtant travaillé avec tous les outils du cinéma mis à sa disposition. Elle emprunte à Miyazaki ses forêts enchantées (celle du film est d’ailleurs un lieu d’enfance de la réalisatrice), place précisément chaque objet, du bibelot dans la maison à la souche d’arbre, pour ne rien laisser au hasard et offrir le champ libre à l’émotion.

Cette précision, qui lui a valu d’être sélectionné en compétition au Festival de Berlin, repose aussi sur un montage-image brillant qui perd le spectateur entre la réalité et la possibilité d’un rêve où les personnages apparaissent et disparaissent comme par enchantement. La forêt sépare d’ailleurs les deux unités de temps en reproduisant la même maison face à face, séparées par un chemin, histoire de brouiller davantage les pistes...

3 - Pour sa réflexion pas si naïve

Sous ses airs de ne pas y toucher, Petite Maman pose de vraies questions en mettant au même niveau les deux fillettes, sans aucun rapport de force. Le nouveau mythe de Céline Sciamma pousse à la réflexion sur soi, quant à la possibilité de grandir et se consoler sans rivalité sentimentale.

Parce qu’au fond, on pourrait aussi bien s’inspirer de l’engagement total des enfants pour devenir meilleur·e, dans un désir infini d’apprentissage. Et qui de plus pur, profond et dépendant qu’un enfant pour déposer son regard franc et solidaire sur la réalité, avec ses mots d’évidence ? Un sujet qui sied définitivement à la réalisatrice, après le délicat Tomboy qui suivait un petit garçon né dans le corps d’une fille.

En salles le 2 juin

Découvrez aussi notre avis sur The Father et les 17 films à voir absolument au cinéma.

Autres suggestions

La semaine de Do It

Brunch Charles Heidsieck

Le panier brunch & champagne le plus convoité de l’été

maillots de bain femmes

10 NOUVELLES MARQUES DE MAILLOTS DE BAIN À SUIVRE DE PRÈS

fete-de-la-musique

LES SOIRÉES LES PLUS CHICS ET STYLÉES POUR LA FÊTE DE LA MUSIQUE

Spritz Chandon

Chandon : le nouveau “phénomène” Spritz venant d’Argentine

Miniweight Regime

BIKINI BODY : comment perdre ses petits kilos en trop en 15 jours chrono ?

Mixte

Mixte : la série girl power au temps des Beatles

maison-louveciennes

UNE PLAGE CHIC AUX PORTES DE PARIS

Bars Match De Foot

Où regarder les matchs de foot des Bleus pour l’Euro à Paris ?

mode hommes

LES 10 NOUVELLES MARQUES PRÉFÉRÉES DES PARISIENS

Brunch Jean Imbert Nespresso

Le brunch parfait de Jean Imbert

Coeur Sacre

Cœur Sacré : le concept-store à Montmartre qui cache un rooftop dément

expos-paris

Les 10 expos stars à voir à Paris cet été

accessoires-ete

LES 10 ACCESSOIRES STARS QU’IL VOUS FAUT CET ÉTÉ

Tendances Sandales

Les petites sandales qui nous font du pied

Robes Ete

10 robes parfaites pour l'été

jardins-d-olympe

MARINE SERRE ET CHLOÉ CHARLES SIGNENT LA NOUVELLE TERRASSE DE CARNAVALET

Boulettes Veggie Burrata

Les pâtes qui vont détrôner les bolo’

Santorin

Santorin : les cyclades à 3h20 de Paris

apicius

LE JARDIN À COCKTAILS LE PLUS COOL DE PARIS

Rochechouard Rooftop

Apéro et barbecue sur le rooftop du Rochechouart

brunch-de-l-ile

UN BREAK COMME À LA CAMPAGNE À DIX MINUTES DE L’ETOILE

Tartes Emilie Franzo

Les secrets des bonnes tartes faciles d'Emilie Franzo

Boutiques Mode

Mode : les 3 nouvelles boutiques préférées des Parisiennes

bistrots-paris

Les meilleurs bistrots parisiens

Sandwich Cake

Phéno food : comment faire un sandwich cake à la suédoise ?

nomadland

NOMADLAND : LE ROAD-MOVIE AUX 3 OSCARS

Hotel Paradiso Rooftop

Hotel Paradiso : MK2 ouvre un rooftop avec ciné sous les étoiles chaque soir

Comptoir Ritz

Le Comptoir du Ritz, le coffee-shop à la parisienne signé François Perret

Laia

Laia, le resto le plus secret du 11e

Instituts De Beaute

Les nouveaux rendez-vous beauté à truster à Paris

À la une