Quantcast

L’expo Art déco qui fait le buzz

Art Deco

Le Grand Rex ? C’est Art déco. Le théâtre des Champs-Élysées ? Aussi, à l’instar des Folies Bergère. Jusqu’au 6 mars, la Cité de l’architecture et du patrimoine sublime ce style emblématique de la fin du XIXe jusqu'aux 30’s à travers plus de 350 œuvres qui retracent les dialogues intellectuels et artistiques entre la France et l’Amérique du Nord. On vous emmène !

Bienvenue chez Gatsby

C’est l’époque où les formes se géométrisent et où l’upper class atteint tous les sommets. Les rédactrices du Vogue ne jurent que par les maisons de luxe à la française, Diana Vreeland (icône de la presse féminine et de la mode) fait la pluie et le beau temps chez Harper’s Bazaar et les jeunes milliardaires américaines s'improvisent chroniqueuses mondaines et mécènes pour la Café Society. Les gratte-ciel prennent toujours plus de hauteur et l'effervescence règne partout de Paris à New York : le style Art déco est né.

L’Art déco, qu’èsaco ?

L’Art déco, c’est avant tout un esprit résolument innovant, en phase avec une période tournée vers la modernité et les révolutions sociales et techniques. Si on pense immédiatement à Jacques Carlu et son palais du Trocadéro, le style Art déco infuse également dans l’univers de la mode, la joaillerie et les arts de la table, dont les lignes simples et fluides contrastent avec la période précédente symbolisée par l’Art nouveau.

Les femmes portent des vêtements et des cosmétiques qui symbolisent leur émancipation, pendant que toute la presse célèbre ce “goût nouveau, épris d’unité et d’harmonie” et que le mobilier s’invite dans les plus beaux décors d’Hollywood.

L’exposition est un patchwork de tout ce qu’il y a de plus Art déco pour l’époque, à découvrir lors d’une promenade déambulatoire qui nous plonge dans un siècle de modernité aux confins d’un essor culturel grandissant. Une scénographie qui se compose d’affiches, de photos, de peinture, des robes années folles waouh à perles… Tout un pêle-mêle des trends de l’époque.

Le petit point historique

C’est le fil rouge de l’expo. La relation franco-américaine se cimente par l’implication des États d’Amérique du Nord dans la Grande Guerre, et l’émulation se poursuit après l’armistice. Comble de cette coopération artistique, une école d’art tenue par des professeurs américains ouvre ses portes près de Paris aux “sammies”, ces soldats du pays de l’Oncle Sam.

Quelques années plus tard, sous la houlette de l’architecte Lloyd Warren et de la Fondation Rockefeller, la Fontainebleau School of Fine Arts voit le jour et accueille des musiciens, artistes peintres, sculpteurs et architectes, où les cours d’architecture sont dispensés par Jacques Carlu lui-même.

À leur tour, les Français sont invités à développer leurs idées modernes au sein des universités américaines prestigieuses, et construisent également des bâtiments sur le territoire américain comme la Banque Fédérale de Washington ou la Fondation Barnes de Philadelphie.

L’amitié artistique est définitivement scellée entre la France et l’Amérique du Nord, laissant un patrimoine culturel conséquent qui résonne encore aujourd’hui comme la période la plus prolifique de ces siècles derniers.

 

Art déco France / Amérique du Nord , tous les jours (sauf le mardi) de 11h à 19h, le week-end de 10h à 19h, tarif 9 .

 

Découvrez aussi ciné-karaoké : West side story débarque au Grand Rex et  5 nouvelles séries à voir en novembre

Autres suggestions

La semaine de Do It

À la une