Quantcast

Les femmes artistes des années folles en superstars au Musée du Luxembourg

Expo Pionnieres

©Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 - photo Association des Amis du Petit Palais, Genève / Studio Monique Bernaz, Genève

Pionnières, artistes dans le Paris des années folles, c’est le sujet de l’expo 100 % girl power à ne louper sous aucun prétexte.

C’est parti pour voyage il y a un siècle dans le Paris des Années Folles, capitale de la modernité, de l’art et de la liberté sexuelle, entre Montmartre, le quartier latin et Montparnasse.

Les pionnières sont des femmes artistes, militantes ou non, qui sortent des sentiers battus et vivent comme des hommes : libres. Grandes oubliées de l’Histoire, leur visibilité est restreinte, ainsi que cette décennie de liberté où leur rôle est passé sous silence à la fin de la guerre.

Des suffragettes aux garçonnes en maillot, l’expo fait le tour de ces femmes qui ont marqué l’époque entre grosses fêtes, champ’ à gogo et talons strassés.

Les femmes artistes avant-gardistes

Beaucoup plus avant-gardistes qu’il n’y paraît, les grandes femmes artistes proposent une vision du corps révolutionnaire dès les années 1920, loin des clichés de la femme au foyer que l’on retrouvera après la Seconde Guerre Mondiale.

À l’instar de l’écrivaine Colette, qui n’a pas de mal à assumer sa bisexualité, on retrouve toutes ces artistes comme la chanteuse Suzy Solidor en fond sonore dans l’expo, icône des LGBTQ+ encore aujourd’hui pour ses textes sans complexe où elle assume une ambivalence sexuelle dans un contexte pourtant peu propice à l’époque.

Des scènes de nus en veux-tu en voilà, la particularité étant que ces tableaux de nus féminins sont réalisés par des femmes à la façon d’odalisques modernes, comme sur Les Deux Amies de la grande star Tamara de Lempicka. À l’apogée du cubisme, Mela Muter agite les consciences avec son Nu Cubiste, dans la lignée de l’Origine du Monde, de Courbet (1866).

La garçonne, grand-mère des héroïnes non-binaires ?

© Association des Amis du Petit Palais, Genève / Studio Monique Bernaz, Genève © Kiran Nadar Museum of Art © Adagp, Paris, 2022 / photo Alberto Ricci, Paris.

Impossible de passer à côté de la
flapper girl, aussi connue sous le nom de garçonne. Affichant une silhouette ultra-chic et décontractée, à l’aube de la diffusion du sportswear, ces élégantes se caractérisent par une masculinité par touches : une longue cravate par-ci, un nœud pap’ glissé par-là sur un tailleur-jupe…

La nuit, elle se transforme en oiseau pailleté avec Joséphine Baker qui incarne ultimement cette tendance, comme en témoignent les vidéos de son célèbre show qui n’a pas pris une ride.

Cheveux courts plaqués, rouge à lèvres flamboyant et clope au bec, elles sont les icônes de leur génération, osent les aventures extra-conjugales olé-olé comme Marie Laurencin et Nicole Groult, qui revendiquent une émancipation économique, mais aussi la capacité à vivre de son art et fusionner les genres artistiques, comme en témoignent ses poétiques Femmes à la Colombe (1919).

L’art et la mode élevés à leurs sommets

Dans ce Paris hautement socialite, les échanges entre l’art et la mode sont à leur paroxysme. Sans limites, les métiers d’arts sortent de leurs champs et tentent des créations épatantes à la croisée des genres. Allant plus loin que Jacques Doucet, Worth ou Paul Poiret, ce sont maintenant aux femmes de se mettre en scène.

On retrouve évidemment Coco Chanel, sur un tableau signé Marie Laurencin de 1923.

Son rôle de mécène d’artistes est souvent oublié, mais elle fût une des premières à inverser les rôles. Partant de rien, alors entretenue par Etienne Balsan puis Boy Capel, elle sera dès la fin des années 1910 celle qui entretiendra des artistes hommes (dont elle est souvent la maîtresse) comme Diaghilev, Cocteau, Pierre Reverdy ou Picasso.

Autre anti-conventionnelle de l’époque : Sonia Delaunay, qui assume son aspect multifacettes. Une première à l’époque : son travail résulte de recherches entre l’art et la mode où la couleur et le mouvement sont les principes communs à l’origine de ses Robes simultanées. Ses créations hautement graphiques, telles Vêtement de bain (vers 1928), s’adressent à la femme active et moderne.

Femmes de pouvoir à Paris… et de l’Ailleurs

© Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 / photo François Fernandez

Clou du spectacle :
Gertrude Stein, la grande dame du marché de l’art, collectionneuse hors pair qui annonce les prémices des grandes galeries contemporaines avec son appartement-galerie où se rencontrent les plus grands (Picasso, Hemingway, Matisse, Fitzgerald...).

On quitte la capitale des lumières pour une dédicace aux femmes du monde qui ont peint l’Ailleurs, à une époque encore marquée par le colonialisme. La sublime plasticienne hungaro-indienne Amrita Sher-Gil propose une représentation réaliste et non fantasmée des femmes du lointain, comme son Autoportrait en tahitienne (1934).

Autre démonstration de génie, la Brésilienne Tarsila Do Amaral invite au rêve et à l’imaginaire par des compositions hyper colorées telles que La famille (1925) et ses décors de paysages canons.

Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h, nocturnes les lundis jusqu’à 22h. Entrée 13 €, tarif réduit 9 €. Réservation en ligne.

Découvrez aussi : Palais Galliera expose le défilé hommage à Alber Elbaz et les plus beaux musées de Paris célèbrent Yves Saint Laurent.

Autres suggestions

La semaine de Do It

que-faire-en-juillet

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ FAIRE À PARIS EN JUILLET

glaces

Où manger une bonne glace à Paris ?

Hotel Deco

Vacances d’été : 5 décos d’hôtels en France à tomber

bercy-village

Le spot kids friendly à truster tout l’été

tatanes

10 SANDALES PLATES POUR LE PLEIN ÉTÉ

Flore Di Cana

Qui sera le bartender le plus green au monde ?

week-end.jpg

Que faire à Paris le week-end des 2 & 3 juillet ?

series-juillet

Les 4 bonnes séries à voir en juillet

Eau A La Peche

La recette healthy de l’été par la guinguette d’Angèle

les-meilleurs-pique-niques

QUATRE PANIERS REPAS POUR UN PIQUE-NIQUE DE FOLIE DANS PARIS !

cabas

10 CABAS À PORTER TOUT L’ÉTÉ

Vegetal

L’exposition glamour des diamond lovers

Maison Russe

Le charmant jardin d’été de Maison Russe

Shein

Buzz mode : Shein inaugure son premier pop-up parisien

Epilation

Épilation : 3 méthodes qui font le buzz pour une peau lisse et soyeuse

rue-des-rosiers

Le top des adresses incontournables de la rue des Rosiers

Griffe

Le studio de manucure le plus confidentiel et engagé de Paris

Wine Tour

3 virées insolites pour tout savoir sur les vins et champagnes

Aperol

La soirée la plus chill de l’été

hotel-moins-200-euros

LES HÔTELS STYLÉS POUR DÉCOUCHER À MOINS DE 200 €

Make Up Forever Eyeliners

Comment copier le look des stars d’Euphoria avec Make Up For Ever ?

Beaupassage Fete De La Musique

Un passage gourmand à ciel ouvert

Le Bon La Butte

Une adresse de cœur en plein Montmartre

Babkadamia Caramel Beurre Sale

La babka coulante au caramel de Babka Zana

Adresses Deco Rue Jacob

Les trois boutiques déco rue Jacob à connaître absolument

Complements Alimentaires

La beauté à déguster

Gateaux Ete

Les pâtisseries stars à essayer cet été

recette-veloute-petits-pois

VELOUTÉ FRAIS DE PETITS POIS : L'OBSESSION CHIC DU PRINTEMPS

Livres Juin

3 bons romans à dévorer au mois de juin

spectacles-du-moment

LES MEILLEURS SPECTACLES ET PIÈCES À VOIR

Pantalleria

Escapade de rêve sur l’île de Pantelleria

Mode Crochet

Le crochet a la côte

les-meilleurs-rooftops

LES MEILLEURS ROOFTOPS À TRUSTER

exploreparis

5 BALADES INSOLITES À BOOKER ABSOLUMENT

Akrame Benallal

Le black houmous oriental d’Akrame Benallal

fetes-plein-air

LES PLUS BELLES SOIRÉES OUTDOOR DE L’ÉTÉ

Bijouteries Paris

Ciel, mes bijoux !

popup-ete

5 pop-ups mode pour trouver ses essentiels de l’été

Pieds

Les tips d’une top pour avoir des pieds de fée

Palace Paris

5 expériences palace à tester une fois dans sa vie

À la une