Le Calendrier de l'Avent

Vulve : la BD jap’ qui brise le tabou

Avez-vous déjà vu un canoë-kayak, une coque d’Iphone, ou une lampe en forme de vulve ? Si votre réponse est non, c’est que vous ne connaissez pas la géniale artiste tokyoïte Rokudenashik qui fabrique des objets insolites en moulant son sexe pour ensuite le scanner en 3D.

Incarcérée six mois pour avoir enfreint la loi japonaise relative à l’obscénité, Rokudenashik revient plus déterminée que jamais avec un manga, L’art de la vulve avec un seul objectif: briser les tabous de la représentation du sexe féminin. Trois bonnes raisons de se pencher sur cette BD loufoque et militante.

Pour soutenir cette féministe badass

Avec son manga traduit partout dans le monde et une médiatisation internationale de son arrestation et de sa condamnation, Rokudenashiko, qui s’amuse à crier à tue-tête "chatte-chatte-chatte" aux policiers qui viennent l’arrêter pour obscénité, ne semble pas prête à s’arrêter là : délicieusement rebelle face à la police japonaise, l’artiste jure qu’elle se battra pour récupérer ses créations confisquées lors de son arrestation. Dans ce manga drôle et malin, la première femme japonaise condamnée pour "obscénité" retrace le déroulement de son arrestation absurde, ses terribles conditions d’incarcération et met en lumière l’effrayante censure encore en place au Japon. Si une pétition distribuée dans le monde entier a contribué à sa libération en 2014, le combat contre "la barbarie réservée à la représentation du sexe féminin" est loin d’être terminé (au Japon mais aussi dans le reste du monde). Plus badass que jamais, Rokudenashiko est bien décidée à ne pas céder d’un pouce sur sa liberté d’expression et entend bien continuer à dessiner autant de manko qu’elle le souhaite : "Si la police veut utiliser ce manga pour me mettre à terre, ma main s’accrochera encore plus fermement à mon crayon". Rokudenashiko: 1 - police : 0.

Pour enfin apprendre à dessiner un sexe féminin

Parce que la plupart d’entre vous savent dessiner un pénis mais sèchent lorsqu’il s’agit de schématiser un minou, Rokudenashiko a décidé de créer sa petite mascotte à l’effigie de sa propre Manko (vulve en japonais). Facile à reproduire, cette manko aussi mignonne qu’un petit personnage Disney a le mérite de pousser les femmes à assumer et à ne pas avoir honte de leur vulve. Et cela n’est pas du luxe : en France, encore un quart des filles de quinze ans ignorent encore l’existence du clitoris ! La plupart du temps, les adolescents (et même les adultes informés) oublient de représenter la vulve dans leur dessin de sexe féminin et privilégient les organes internes (utérus, ovaires, trompes). Bref, il y a encore du pain sur la planche…

Pour découvrir un art vaginal drôle et militant

Qualifiée de "soi-disant artiste" par les médias japonais après son arrestation, Rokudenashiko a été espionnée par la police pendant au moins deux mois avant d’être arrêtée. C’est justement parce que l’artiste commençait à plaire à son public (elle a pu financer son matériel 3D grâce à un crowdfunding constitué de curieux) que les enquêteurs se sont penchés sur son cas, craignant une trop grande diffusion de sa manko sous toutes les formes. Car, encore plus moderne que Gustave Courbet et son Origine du monde, Rokudenashiko est bel et bien une artiste de plus en plus en vogue. Vous encore avez un doute ? Faites un saut sur son site Internet où sont exposées la plupart de ses créations : www.6d745.com

Livre BD de Rokudenashiko, éditions Presque Lune

L’art de la vulve, une obscénité ? Rokudenashiko, Presque Lune, 20€

Découvrez également : Microbiote vaginal: la révolution du vagin

Héloïse Rocca

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus