Le Calendrier de l'Avent

Azzedine Alaïa x Tati : l’exposition souvenir à ne pas louper

© Guy Marineau

Printemps-été 1991, à la surprise générale, Azzedine Alaïa, l’un des couturiers les plus respectés de la sphère mode, présente une collection taillée dans l’iconique motif vichy Tati, l’enseigne des plus bas prix, comme le souligne le célèbre slogan. Il fallait oser !

À l’époque, personne ne se doute encore que les collaborations entre designers de renom et enseignes de mass market deviendraient légions une décennie plus tard (Karl Lagerfeld x H&M, Target x Proenza Schouler, Virgil Abloh x Ikea…). L’Association Azzedine Alaïa (ex-Galerie Azzedine Alaïa) revient sur cet épisode qui a marqué l’histoire de la mode à travers une expo hommage pilotée par l’excellent Olivier Saillard (ancien directeur du Palais Galliera, désormais directeur artistique de JM Weston).

Les secrets d’une union inattendue

Comment le maître de la couture s’est-il entiché de l’imprimé Tati, symbole du shopping cheap par excellence, au point de lui dédier une collection complète ? C’est son ami, l’artiste américain Julian Schnabel, qui joue le rôle d’entremetteur. Lui-même sollicite Tati pour peindre sur des toiles de bâche à carreaux. “Et en le faisant, j’ai eu cette idée : si Azzedine, qui était connu pour ses vêtements exquis mais extrêmement coûteux, pouvait utiliser ce tissu avec le slogan Tati, les plus bas prix, ce serait une association parfaite” se souvient-il.

Naomi Campbell portant la collection Vichy Tati de Azzedine Alaia

© Ellen von Unwerth

En un coup de fil, Alaïa obtient de Tati les fameuses toiles vichy. En contrepartie, il s’engage à réaliser un sac, des espadrilles et un tee-shirt, destinés aux magasins de l’enseigne grand public. Au passage, on regrette que cette collection capsule, comme on dit aujourd’hui, ne figure pas dans la présente expo, mais pour le reste, on en prend plein la vue.

Vichy-mania

Fun fact, l’exposition se tient dans les murs où vivait Alaïa et sous la verrière où s’est déroulé le défilé il y a bientôt 30 ans. Une vidéo installée en fin de parcours témoigne de l’ambiance de ce show résolument fun, joyeux et décalé.

Collection Vichy Tati à la Maison Alaia à Paris

© Stéphane Ait Ouarab

Les silhouettes sont présentées en intégralité et en dégradé, du vichy noir au motif rose en passant par le bleu, sur un socle en forme de “T”, ultime clin d’œil au magasin de Barbès : robes fourreaux, blousons, pantalons cigarettes, soutiens-gorge à laçage, jupes crayons, boom boom shorts… Le motif s’y imprime à différentes échelles, du pied-de-poule classique au pied-de-coq géant sur des vêtements archi structurés, pensés par un génie de la coupe.

Aux murs, les fameuses œuvres de Julian Schnabel, des peintures grand format de 1989, qui ont inspiré Alaïa, font face à des illustrations de Thierry Perez réalisées pour l’expo, mettant en scène la collection portée par Naomi Campbell et Neneh Cherry, les modèles fétiches du couturier.

Un café en terrasse

C’est tout nouveau. Le Q.G. Alaïa rue de la Verrerie a ouvert une librairie arty consacrée à la mode dotée d’un coffee-shop qui s’étire dans la cour intérieure. Sympa pour siroter un café (3 €) avec une pâtisserie Stohrer (8 €) après l’expo.

Azzedine Alaïa, Une autre pensée sur la mode, la collection TATI.
Ouvert tous les jours de 11h à 19h, jusqu’au 5 janvier 2020. Entrée 5 €.

Retrouvez aussi l’expo de Pharrell Williams et celle sur la peintre Berthe Morisot.

Julie Zwingelstein

Où le trouver ?

Association Azzedine Alaïa

18, rue de la Verrerie

75004 Paris

maison-alaia.com

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus