Quantcast

Que faire à Paris pendant la fashion week ?

Week End

C’est la fashion week baby ! Et l’heure de se mettre à jour des dernières actus qui font trembler à fashion sphère. À vos stilettos !

Courir avant tout le monde à l’expo AMI x Magnum

C’est la collab la plus secrète de la fashion week : AMI Paris s’associe avec la cultissime agence de photos Magnum pour une expo éphémère de quelques jours seulement.

Le concept ? 14 photographes et 2 cinéastes du monde entier désignés par Magnum pour immortaliser leur vision de Paris en un cliché. On voit quoi ? Un véritable reportage et surtout un projet qui tient à coeur à Alexandre Mattiussi, le créateur d’AMI : “J’aime les histoires que [la photographie] raconte, j’aime les vies, les instants, les lieux qu’elle met en scène, j’aime la réflexion, qu’elle suscite inévitablement.” À ne pas louper : l’étonnante vision de l’Ancien Régime français par Cristina de Middel et les portraits en gros plans très expressifs de Bruce Gilden.

Le truc en plus : la possibilité d’acheter Family, le livre collector, dès le 5 octobre avec les plus beaux tirages reproduits dans l’ouvrage.

Expo Ami Paris et Magnum, 17 rue des Commines, Paris 3e. Ouvert jusqu’au 2 Octobre de 10h à 19h, entrée libre.

S’infiltrer dans les talks de mode du Palais Galliera

Qui n’a jamais rêvé de rencontrer les icônes de la mode et du luxe ? Bingo, à l’occasion de ses 30 ans, Purple Magazine débarque au Palais Galliera avec des meetings stylés. Tous à vos résas !

Parmi les invités stars, on croisera des pointures de la fashion sphère comme l'icône ultime et muse de Rick Owens Michèle Lamy le samedi (15h30) lors d’un talk sur la mode et l’écologie mais aussi l’artiste branché Carsten Höller qui a laissé ses champignons géants à la Fondation Prada le temps d’une conférence (14h). Deuxième round le lendemain avec Juergen Teller le dimanche qui anime un talk sur la photo de mode suivi de Stéphane Ashpool sur la mode locale (17h). Trop de Loïc Prigent en vous !

Le truc en plus : des DJ sets de folie tous les jours dès 17h30 comme la Jazz Partouze samedi soir.

Purple Festival au Palais Galliera, 10 avenue Pierre 1er de Serbie, Paris 16e. Gratuit et sur réservation, entrée libre le matin de 10h à 14h.

Shopper des trésors comme à Séoul chez Kitsuné

Ce week-end end, Kitsuné, la marque des cool kids parisiens, met à l’honneur la Corée dans un pop-up qui ravira les fashionistas et foodistas pointus.

À shopper sur place : des t-shirts pimpés par Tree 13 déjà collectors (100 €) et des objets ultra-désirables comme le livre de photos par Han Youngsoo (dès 60 €), des assiettes coréennes vintage ou des vinyles (de 30 à 100 €). Mais aussi une bougie porte-bonheur, de l’encens ou des éventails trop arty (15 €).

Le truc en plus : un max de pâtisseries à déguster au café Kitsuné, qui s’est surpassé pour présenter des créations originales franco-coréenne comme le cheesecake Yuzu ou le Hobak pie au potimarron, à accompagner de lattes trop bons.

Kitsuné market Paris-Séoul, 52 rue de Richelieu, Paris 1er et au 2 Place André Malraux, Paris 1er, du 29 septembre au 2 octobre. Entrée libre.

Passer une soirée ultra-privée avec des top models

On ne présente plus ce club mythique de l’Étoile, connu pour sa faune bling et ses people. Pour fêter la fashion week comme il se doit, L’Arc organise une soirée mode en after show le vendredi 30 septembre avec son lot de vip à croiser comme DJ Snake, Diplo et même Cindy Bruna. Le décor est époustouflant : des alcôves feutrées, des tapis décorés de serpents et le programme aux petits oignons avec un show par le rappeur Orlinski.
Un seul mot d’ordre : Fiesta ! Alors pour optimiser ses chances d’y rentrer, on vous conseille de venir avant minuit à 2 ou 4, et de ressortir enfin ses micro-robes de party girls de l’avant-covid. Talons, paillettes et strass à gogo sont les bienvenus.

Le truc en plus : la séance de rattrapage le lendemain, pour le concert d’Offset qui partagera la scène avec l'icône du rap Nicki Minaj.

Soirée fashion week à L'Arc, 12 rue Presbourg, Paris 16e. Ouvert du jeudi au samedi de minuit à 6h. Entrée 80 € avec une boisson.

Participer à la vente aux enchères Chanel et Lagarfeld chez Artcurial

Affolement général chez les modeuses : la grande maison de vente aux enchères Artcurial organise sa vente ultra-luxe juste à temps pour la fashion week.

Parmi les pépites, on investit sans modération dans un sac Chanel trop drôle détourné en brique de lait (2 200 €), une poupée “La Petite Coco” (2 200 €) et même des objets de la collection privée de Lagerfeld comme des clichés d’André Léon Talley, époque Palace (100 €). S’il ne fallait en voir qu’une, c’est celle-ci : un croquis signé par Karl himself pour la collection Chanel Paris-Salzburg (2 000 €).

Le truc en plus : pour la team old school, se rendre au Q.G. d’Artcurial à l'Hôtel Marcel Dassault le 5 octobre où se tiendra une vente spéciale Charlie le Mindu.

Ventes aux enchères en ligne Karl Lagerfeld, une collection allemande et Chanel Vintage, jusqu’au 4 octobre. Plus d’infos au 01 58 56 38 12.

Bruncher au Book Bar de l’Hôtel Grand Amour

On ne présente plus l’Hôtel Grand Amour, repaire hautement stylé dont le Book Bar voit défiler rédactrices de mode, mannequins et toutes les filles à suivre du moment. De New York à Paris en passant par Milan, le chef Chuck Georges s’y invite pour cinq jours top chrono à l’heure du dîner ainsi qu’au brunch dominical.

Parmi les gourmandises : son célèbre smashburger pickles, onions, cheddar, special sauce, mais aussi un hot Honey Chicken sandwich avec sa sauce hot hot hot et des pickles sur un biscuit buttermilk. On accompagne le tout d’une wedge salad trop bonne ainsi que des beignets et des confitures de saison. Mmmmh !

Le truc en plus : la possibilité de bruncher avec ses kids avec une formule à 12,50 € comprenant des macaronis à tout-va et des mini burgers.

Brunch Chuck Georges à L’Hôtel Grand Amour, 18 rue de la Fidélité, Paris 10e. Le dimanche 2 Octobre de midi à 16h. Réservations 01 44 16 03 30.

Grignoter et se faire masser chez Azzedine Alaïa

Newsflash : Da Rosa, la cantine-épicerie ibérique la plus prisée (anciennement à Saint-Germain-des-Prés), a ouvert un café sur la jolie terrasse de l’hôtel particulier où s’est installée la boutique Azzedine Alaïa.

Ici, c’est le culte des meilleurs produits : sublime tartare de saumon (24 €), jambon ibérico bellota (16 €) et chorizo (9 €), une vraie burrata (24 €). Bonus : on retrouve notre coup de cœur de la maison mère : un club sandwich canonissime au jambon ibérico (26 €), ou ses variantes au saumon fumé (26 €) ou à la cecina (24 €) tout aussi addictives.

On ne loupe pas : ultime snobisme couture pour cultiver son corps de rêve, la maison Alaïa s’est associé à Martine de Richeville pour créer une cabine beauté on ne peut plus chic, histoire de prodiguer les massages minceurs ultra-prisés par les stars

Ouvert du mardi au samedi de 12h à 19h.

Martine de Richeville et Café Da Rosa à la boutique ALAÏA, 5 rue de Marignan, Paris 8e.

Découvrir aussi Shopping, ciné, dîner : votre programme parfait au cœur de Paris.

Autres suggestions

La semaine de Do It

À la une