Quantcast

Romy Schneider, le destin d’une icône à la Cinémathèque

Romy Schneider

C’est l’exposition la plus glamour que les Parisiennes attendaient. Quarante ans après sa disparition, la Cinémathèque de Paris consacre une extraordinaire rétrospective à Romy Schneider sous le mécénat de Chanel et Netflix. Ou comment la petite fiancée autrichienne est devenue une icône du cinéma français.

Il était une fois Romy

Tout commence avec Sissi ! On n’en attendait pas moins pour introduire le parcours de la visite avec les extraits de la saga culte, ses robes et même la reconstitution du lit à baldaquin de la jeune impératrice. Romy, enfant de la balle, est encore une adolescente quand elle devient une vedette en incarnant Elizabeth d’Autriche, aux côtés de sa mère, l'actrice Magda Schneider.

Très vite, l’actrice cherche à s’affranchir avec des rôles plus radicaux. Premier tournant dans sa carrière, le film Christine réalisé par le français Pierre Gaspard-Huit, pour lequel elle va partager l’affiche avec un certain Alain Delon… C’est le début de leur idylle et d’une histoire d’amour et de tendresse qui ne cessera jamais malgré leur rupture.

Le portrait d’une femme libre

Commissaire de cette expo phénomène, Clémentine Deroudille préfère révéler l’immensité et l’ultime liberté de cette actrice iconique que de se concentrer sur les drames, les amours et la tragédie de sa fin de vie… Comme si elle devait à tout jamais payer le prix de sa beauté, de ses amours flamboyantes avec Alain Delon, de ses films, de sa jeunesse et de sa liberté ! “, analyse-t-elle.

Derrière l’image de la jeune ingénue de ses débuts, dévoiler son goût du risque et des ruptures, la façon dont elle a bâti sa carrière pour casser l’image de porcelaine de cette princesse autrichienne grâce à qui elle est devenue une star à partir de 16 ans. La façon dont elle a pris en main sa destinée d'actrice et a su, tout au long de sa carrière, aller là où on ne l'attendait pas, surprendre toujours, se réinventer et s'entourer des plus grands”, décrypte Clémentine Deroudille. "Tous s'accordent à parler de son génie. Nous avons cherché à dévoiler les secrets de cette virtuosité, son sérieux, qu'elle mettait en tout et dans son travail en premier.”

Romy Schneider, le destin d’une icône

En France, je n’étais pas encore inscrite. Je n’existais pas comme actrice. J’étais connue comme la joyeuse compagne de la future star mondiale Alain Delon."

Pour s'émanciper du rôle de Sissi qui lui colle à la peau, Romy Schneider enchaîne les tournages avec les plus grands réalisateurs de l’époque, à commencer par Luchino Visconti qui la pousse sur les planches d’un théâtre parisien avec Alain Delon, où elle triomphe, avant de la porter à l’écran dans Boccace 70.

Suivront ensuite tous les maîtres du cinéma : Otto Preminger, Alain Cavalier, Henri-Georges Clouzot, Joseph Losey, Claude Sautet, Orson Welles ou Claude Chabrol

Au fil de cette visite à la scénographie rythmée et très cinématographique se dévoile la personnalité de Romy Schneider, un bourreau de travail et une actrice férue de liberté. Il fallait tenter de la faire revivre à travers ses rôles, bien sûr, mais aussi ses textes, ses interviews radio ou télévisées, son journal, grâce aux making-of des tournages où on la découvre vibrante et si gaie, pleinement heureuse de faire son métier", commente Clémentine Deroudille.

Sublime dans les photos de tailleurs Chanel, fatale dans la salle consacrée au film de Jacques Deray La Piscine, ultimement française dans ses rôles pour Claude Sautet : Les Choses de la vie, César et Rosalie, Mado… Cette balade dans la vie de Romy est une fête du cinéma.

Des visites et une rétrospective de ses films cultes tous les week-ends

Chaque week-end, un film culte ! La Cinémathèque propose une rétrospective de toute la filmographie de Romy Schneider jusqu’à la fin de l’expo. L’occasion géniale de découvrir ses toiles mythiques (Sissi en VO, Garde à vue, Gustave et Rosalie, La Piscine…) comme des pépites moins connues : La mort en direct de Bertrand Tavernier ou encore What's New Pussycat? avec Peter Sellers et Woody Allen.

Ultime kif : pour accompagner l'exposition, la visite guidée absolument géniale pleine d’anecdotes croustillantes d’1h30 chaque samedi et dimanche à 16h30

Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 19h et le week-end de 11h à 20h. Fermé le mardi.

Billet sur réservation obligatoire. Exposition Romy Schneider à la Cinémathèque de Paris jusqu’au 31 juillet 2022.

Découvrez aussi 9 cultes avec Romy Schneider à revoir sur Netflix

écrit par

Autres suggestions

La semaine de Do It

À la une