L’expo Electro fait vibrer la Philharmonie

De la house bien psyché dans le temple de la musique classique. Vous avez dit impossible ? Pourtant depuis début avril, l’expo Electro fait vibrer “à base de popopopop les murs de la Philharmonie de Paris. Ou comment aristocratiser le son que beaucoup comparent à “du bruit”.

N’en déplaise aux détracteurs de l’électro, il s’agit en fait d’une extraordinaire libération de la créativité, une exploration de paysages sonores inédits et une vraie révolution musicale née dans les 80’s à Détroit et Chicago. Son but ? Diffuser partout un sens de la fête, de New York à Berlin en passant par Ibiza, Paris, Los Angeles, Tunis et Rio.

Une expo sous tension

Boite de nuit géante

Attention, ça réveille ! Bienvenue dans une boîte de nuit géante et interactive avec structures échafaudées, lumières qui remuent dans tous les sens et gros son. On se croirait au Berghain de Berlin. Et tiens donc, une sculpture / maquette du club mythique est justement exposée, parmi d’autres œuvres et reliques telles que des photos, instruments de musique, expériences sonores, installations musicales et visuelles. Avec, comme fil conducteur tout au long du parcours, la bande-son immersive imaginée par le DJ star Laurent Garnier.

À noter : le “studio imaginaire” de Jean-Michel Jarre et sa collection de synthétiseurs ultra rares, ou encore l’installation des Daft Punk qui révèle (en partie) les secrets de fabrication de leur esthétique, inspirée de leur clip culte et perché Technologic. Buy it, use it, break it, fix it… Vous l’aurez dans la tête.

Electro : un rôle social

Loin de chercher à patrimonialiser leurs exploits, les artistes partenaires ont considéré cette expo comme une prolongation logique de leur engagement créatif. Preuve qu’il ne s’agit pas d’un phénomène de seconde zone, la musique électro a accompagné la révolution numérique, incarnant une “fusion harmonieuse entre l’homme et la machine” - précisent les organisateurs - et devenant une tendance culturelle majeure.

Mais aussi et surtout, l’électro se montre ici dans sa dimension purement politique et revendicatrice. C’est elle qui a notamment permis la création de “safer places”, ces lieux à l’abri des discriminations où se rassemblent des communautés minoritaires (LGBTQ+ en tête de file) pour faire la fête de façon décomplexée. En découle une culture du masque, aussi bien portés par des musiciens et DJs que par la scène queer. Certaines pièces complètement déglingo inspirées du bondage sont d’ailleurs exposées.

L’œuvre #WTF

Expo musique electro

Dans le hall de l’expo, on embarque en réalité virtuelle dans l’incroyable voyage du producteur de musique électronique Molécule, parti au Groenland attraper les sons de la nature du Grand Nord. Wahou garanti.

Exposition Electro, jusqu’au 11 août 2019 à l’Espace d'exposition temporaire Philharmonie de Paris. Tarif plein 11 €. Infos et réservations sur www.philharmoniedeparis.fr


Découvrez aussi l’expo impressionniste et controversée du Musée Maillol et une Carmen enflammée à l’Opéra Bastille.

Clémence Renoux

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus