Quantcast

3 week-ends stylés au ski près de Paris

Week End Ski

Vous avez 48h chrono ou à peine 3 jours pour foncer skier sans une minute à perdre entre ski shop et changement de TGV ? Petit résumé des meilleures virées entre stations stylées et super hôtels à connaître pour déconnecter comme si vous étiez parti·e·s en vacances.

La plus speed à La Clusaz

Le mood. Considérée comme la station des Alpes la plus proche de Paris, les vibes cool de cette jolie station ont tout bon pour deux jours express montre en main, sans avoir à poser de RTT.
Comment y aller ? La ligne de TGV directe Paris-Annecy en 3h38 puis avec le taxi des Aravis (comptez 70 € la course).

Le bon hôtel pour poser son sac : La Ferme, l’adresse culte de la station où l’on croise toujours du beau monde autour d’une raclette ou d’une exquise pizza. Ce qu’on sait moins, c’est que l'institution abrite une dizaine de chambres avec terrasses dont quelques grandes, idéales pour partir entre copines, d’un goût parfait, qui vous donnent l’impression d’avoir été invité·e dans un grand chalet familial. Sa haute valeur ajoutée : le chalet est situé sur les pistes et très facile d’accès.

On aime : le service aux petits oignons comme si une maman veillait sur vous avec les skis directement livrés par le ski shop en partenariat, le resto qui prépare un room service cousu main, même si on arrive par le dernier train, les nounous perles rares à dispo si on a des kids…

Le truc en plus : la cabine de sauna canon les pieds dans la neige pour l’après ski.

À p. de 220 € la nuit

Les bonnes adresses à connaître pour le week-end :

S’installer au snack du Grizzli, l’adresse avec terrasse plein soleil et la plus belle vue de La Clusaz ouverte par le chef doublement étoilé Edouard Loubet en haut des télécabines de Beauregard.

Déjeuner aux Joux, le meilleur resto de piste de la station primé par Le Fooding.

Boulotter la tarte aux myrtilles hallucinante de Patrick Agnellet, dans le village sur la place de l’église à 300 mètres de l’hôtel.

Se faire un apéro festif à la fermeture des pistes aux Praz (même vibes que La Folie Douce) juste au-dessus de La Ferme, avant de déchausser 100 mètres en dessous.

La plus chic à Méribel

Le mood. Un petit break luxe à Méribel en direct des pistes, lové·e dans un cocon. Laissez la charge mentale à la gare : les enfants, les résas, les forfaits, tout est pris en main de A à Z.


Comment y aller ? La ligne de TGV Paris-Chambéry en 2h48. Puis la navette de l’hôtel qui vous ramène à bon port en 1h15 (250 €). L’alternative : le direct Paris-Moutiers en 4h15 + ½ heure de taxi (80 €).

Le bon hôtel pour poser son sac : Le Coucou, dernier bébé de Maisons Pariente (qui possède également Crillon Le Brave ou Lou Pinet à Saint-Tropez) pignon sur la piste du Belvédère juste au-dessus du rond-point des pistes avec ski room au sein de l’hôtel. Ce petit bijou de l’architecte Pierre Yovanovitch exprime l’idée du chalet douillet et contemporain fantasmé, avec en prime un spa Tata Harper avec une piscine baignée de lumière. Bref : le kif.


On aime : les espaces de vie déments qui vous donnent envie de chiller sur place le soir sans avoir à ressortir. Ça donne un beef bar pour se tailler une bonne côte de bœuf, un bar à cocktails ultimement stylé où le beau monde des chalets alentour aime venir boire un verre, un resto italien très en vue pour sa cuisine d’auteur ou encore un fumoir avec feu de cheminée…

Le truc en plus : le kids club de dingo inclus dans le package, avec des activités toute la journée (chien de traineau, igloo, astronomie, pâtisserie…) et la possibilité de faire dîner les enfants de leur côté… Et de les récupérer à la sortie de leurs cours de ski particuliers.

Le Coucou -Chambres à p. de 460 € petit déjeuner compris.

Les bonnes adresses à connaître pour le week-end :

Se taper la mythique escalope de veau & frites à la crème du Télébar.

Un pique-nique et une balade green en raquettes dans la réserve naturelle de Tueda entre montagne et forêt, loin de la frénésie des remonte-pentes.

Pour être vu et voir : pause déjeuner obligatoire au Maya Altitude, le tout nouveau restaurant tibétain et festif hyper branché des 3 vallées sur les pistes.

L’Ekrin, la table étoilée de Méribel, est une destination à part entière. Le Chef Laurent Azoulay, grand amateur de truffes, combine le terroir radical des cimes qui l’ont adopté, et la poésie haute en couleurs de sa Provence natale. Le résultat est à la hauteur des sommets environnants et Le Jardin d’Hiver - Légumes du Jardin des Roy qui réunit une trentaine de légumes est devenue une signature de la maison.

Le Cèpe, à 10mn à pied de l'hôtel – un Bib Gourmand Michelin, où le chef Alain Plouzané fait une incroyable fondue aux cèpes, qu’il ramasse…

La plus dépaysante à Tignes

Le mood. De la neige toute l’année ! Perchée à 2 100 mètres d’altitude, Tignes a la particularité d’être une station de ski l’hiver, mais aussi l’été. Avec sa voisine Val d’Isère, elles offrent au total quelques 300 km de pistes, soit le plus bel espace de ski au monde.

Comment y aller ? La ligne Paris-Bourg Saint-Maurice en 5h10 puis 30 minutes de taxi (comptez 90-120 € la course avec R Service)

Le bon hôtel pour poser son sac : Le Diamond Rock, un bijou d’hôtel flambant neuf – il a ouvert ses portes en décembre dernier – vous promet un séjour idyllique face aux sommets enneigés. Ce refuge contemporain designé par Reyhana Studio compte 62 chambres et suites ultra-chaleureuses et intimistes orientées côté pistes, qui donnent une folle envie de cocooner après sa journée de ski.

On aime : difficile de choisir tant les installations sont canons. Au spa (piscine, sauna, hammam), s’ajoutent une salle de cinéma privative, un bowling, un espace archi stylé pour les kids, et un service de location de skis.

Le truc en plus : les deux restos de l’hôtel, une table d’auteur et un bistrot savoyard, pilotés par le jeune et talentueux chef Max’ Eon.

Chambre à p. de 350 €, petit-déjeuner inclus.

Les bonnes adresses à connaître pour le week-end :

Se taper une raclette au sommet à La Ferme des 3 Capucines, une table rustique qui propose ses fromages maison, de la ferme à l’assiette.

Déjeuner au Panoramic, le restaurant étoilé le plus haut du monde piloté par le duo père-fils Jean-Michel et Clément Bouvier. Ce dernier est également aux manettes d’Ursus, auréolé d’un macaron Michelin et de l’étoile Verte qui distingue les initiatives les plus engagées pour une gastronomie durable. Deux expériences hors du commun.

Dîner chez Kaya, la toute nouvelle sensation bistronomique ouverte par un duo de choc, le chef Jules Baralo et Tanguy Reymond.

Découvrez aussi Belfast, la destination de rêve pour un petit week-end food et arty et comment skier sans se ruiner ?

Autres suggestions

La semaine de Do It

À la une