L’écailler de la Mascotte, le bistrot mythique très iodé…

Attention lieu mythique : ce bistrot chéri d’Alain Baschung et mille autres stars incognitos du quartier ne désemplit jamais.

Avis donc à tous les mordus de poissons, fruits de mer et autres crustacés, le paradis sur terre (où plutôt sur mer) de votre gosier a enfin ré-ouvert. Après sept longs mois de travaux, l’Ecaille de la Mascotte est de retour, la crevette toujours plus rose et la bourriche de murex à foison !

Certes, vous serez servis si votre envie du jour rime avec homard, moule, huître ou autre pièce phare de tout étal d’écailler qui se respecte (plateaux de fruits de mer, 19-109 €) – mais pas seulement !

Patron auvergnat oblige, une belle carte brasserie vous permettra aussi de vous rassasier de spécialités plus canines «faux-filet, sauce moutarde de vin et son aligot», 29 euros, «boudin noir de Christian Parrat».

Et pour se la jouer parigot à fond les ballons, on peut aussi venir simplement déguster son café serré au comptoir, les yeux rivés sur ce merveilleux vivier de homard !

On adôôôre : le bar à huîtres, voisin de pallier : on y dénichera les Fines de Claire de David Hervé (17,40 €/kg), la traditionnelle huître Gillardeau n°5 (19,20 €/kg) mais aussi le fameux beurre aux algues Bordier …

On adôôre : le stand extérieur de soupe de poisson maison façon street food, à déguster à emporter avec rouille et croûtons (4 €). A puiser directement à la louche dans la mini-marmite à l’extérieur du bar-à-huîtres !

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus

Advertisement
,