Quantcast

Dalia : le phénomène food et mondain de la rentrée

Le restaurant Méditerranéen Dalia à Paris

C’est ce qu’on appelle une reconversion réussie. Après quelques années dans la sphère des start-ups de la tech, Benjamin Cohen concrétise enfin son rêve avec Dalia.

Créer une table méditerranéenne à la fois stylée, joyeuse et foodie : “Middle Eastern promises''. Une pépite dans la lignée de la nouvelle génération des adresses créatives du Moyen-Orient, la touche cuisine d’auteur et glam’ en plus.

La table festive qui cartonne dans le 2e

L'ambiance méditerranéenne du restaurant Dalia.

Le rendez-vous est donc pris au 93 rue Montmartre, entre la Bourse et le Sentier. Et c’est bien simple : depuis son ouverture cet été, le resto ne désemplit pas.

Mieux : il est blindé d’une clientèle de rêve venue mondaniser et se faire voir après le boulot : les power girls des maisons de luxe et de la fashion, les joyeuses bandes de potes trentenaires et des fines gueules exigeantes qui aiment mixer les bons gueuletons et l’esprit de fête sans chichis. Ça drague, ça picole et ça rigole sévère dans une atmosphère comme on les aime...

Pas de resto réussi sans décor très identifiable, à fort potentiel photogénique, rapport à Insta. La mise en scène du meilleur goût a été confiée au studio Mur.Mur Architectes qui a imaginé un lieu unique en son genre : banquettes sur la rue, baies vitrées grandes ouvertes, bar canon, tonalité terracotta et meuble en rotin.

La cheffe Or Bitan enchante une bistronomie levhantive

La cuisine levantine par Or Bitan

Pour assurer sa promesse gastronomique, Benjamin est allé chercher “la” cheffe qui fait référence pour faire émerger la nouvelle génération de tables orientales Miznon et Shouk. En l'occurrence Or Bitan.

Un pari d’autant plus réussi que ce coup-ci, elle laisse de côté les gimmicks de la street food pour affirmer une cuisine levantine à la fois simple, cool, élégante et raffinée. Et c’est un délice.

Ça donne une dizaine d’assiettes de saison (spéciale dédicace à la céramique de Marie de Martino), pour une dînette qui intègre les codes chics du partage et des mezzés d’auteur.

Plats méditerranéen chez Dalia.

Véritable signature : son carpaccio d’aubergines avec un tahini 2.0 à la mélasse de datte, pistache et crumble de feta (11 €), les tempuras de sardines à l'aïoli au harissa (9 €), un exquis labné fumé à la sauge (11 €), des sashimis de maigre sauvage assaisonnés d’un yaourt grec au fenouil et olives de Kalamata (16 €) ou un creamy houmous hors du commun sur lequel sont servis des abats de volaille (13 €). Une tuerie à arroser de vins nature et cocktails bien sentis, à commencer par le Dalia Mule (12 €) et autres cocktails citriques bien dans le goût de l’époque.

Un brunch bien vu

Le brunch du restaurant Dalia

Autre curiosité : un brunch à la carte le week-end qui permet de jouer sur un registre plus familial et food porn : shakshuka (13 €), pita sandwich garni de viandes (11 €), assiette d'aubergines, tahini, œuf et salade arabic (14 €), mais surtout de se tester les desserts du pâtissier Noam Bechor avec un croissant perdu à la framboise et sauce addictive (10 €), un carrot cake (10 €) ou un exquis malabi, cette fameuse pannacotta du soleil levant (9 €).

Ouvert tous les jours midi et soir.

Réservation en ligne

Retrouvez aussi les meilleurs libanais à Paris et Laia, le resto le plus secret du 11ème

Autres suggestions

La semaine de Do It

À la une