Quantcast

Le poulet frit le plus snob de Paris

Poulet fried chicken avec caviar et crème fraiche et le slogan

Vous allez rire, mais l’histoire de ce fried chicken ressemble exactement à celle de Julia Roberts et Richard Gere dans Pretty Woman : rien ne les prédestinait à être ensemble et pourtant, it‘s a match.

Eh bien là, c’est pareil. Imaginez un poulet frit, grand classique de la popote populaire, fricoter avec… du caviar ! On n’aurait pas misé dessus, mais là franchement, ça déboîte.

Ce casse-croûte destiné aux poules de luxe (39 € tout de même) est né de la rencontre entre la vénérable maison Petrossian et Grégory Marchand, chef de son temps qui passe sans complexe de sa table étoilée Frenchie à son comptoir à street food voisin.

Jusqu’au 1er juin, son fried chicken, plat iconique du FTG (ex Frenchie To Go), se décline serti de grains de caviar Daurenki. La belle volaille saumurée, marinée au lait ribot et frite avec un mélange d’épices et de farine, déboule sur son plateau (d’argent ? N’abusez pas !) avec une jolie boîte de 20g d’or noir griffée et une sublime crème fraîche Terroirs d’avenir.

De là à comparer Julia Roberts avec du poulet frit ?

Fried chicken FTG x Petrossian, jusqu’au 1er juin chez FTG. 39 €, 45 € avec frites et boisson. Sur place ou à emporter.

©Géraldine Martens

Retrouvez aussi le phénomène Eataly

Autres suggestions

La semaine de Do It

À la une

Inscrivez-vous à notre newsletter !