Le Calendrier de l'Avent

Beaubourg célèbre Dora Maar !

Elle était une intellectuelle libre et une artiste engagée. On la distinguait par ses ongles et sa bouche rouge, d’une beauté étrange, comme le fameux Portrait de Dora Maar, peint par Pablo Picasso en 1937. Elle fut d’ailleurs sa muse, son amante et l’icône rebelle du mouvement surréaliste.

Alors, quand le centre Pompidou lui consacre la première véritable rétrospective en France, on fonce. En exclu : des clichés et des peintures jamais exposés de l’artiste.

Il était une fois… Dora

Issue d’un milieu bourgeois, Dora Maar est la fille unique de Joseph Markovitch, architecte croate, créatif et extravagant, qu’elle adore. Ils s'installent en famille à Paris en 1896, avec un passage de quelques années à Buenos Aires. Dotée d’un caractère bien trempé, Dora se forme à la photographie dès 1920, après des études d’art graphique au Comité des Dames de l’Union des Arts Décoratifs puis à l’École de Photographie de la ville de Paris.

Un amour dévastateur et castrateur pour Dora

Portrait de Dora Maar dans l'atelier de travail de Pablo Picasso à Paris

Dora Maar n’a que 28 ans quand, en 1935, Paul Eluard la présente à Pablo Picasso, déjà engagé à Marie-Thérèse Walter. Il a presque le double de son âge. Qu’importe, c’est le coup de foudre entre les deux artistes, dans le café mythique des Deux Magots. Dora et Pablo deviennent inséparables. Il vivront neuf ans de passion créative et destructrice, entre domination et aliénation, qui s’achèvera en crash.

La photographie dans le surréalisme

Égérie du surréalisme, amie intime d’Eluard, Breton et Renoir, Dora assiste Brassaï, qui la forme avec Man Ray à la photographie. Elle dirige ensuite un studio où elle fait poser des mannequins et tout le gratin du milieu artistique et littéraire parisien. Puis elle expose avec Cartier-Bresson, rien que ça !

Au-delà des paillettes et du portrait d’une époque, cette expo célèbre l’émancipation d’une génération de femmes, exécutant des métiers d’artistes jusqu’ici réservés à la gent masculine.

La réhabilitation de l’œuvre de Dora Maar

Exit la femme qui fut muse et amante de Pablo Picasso... Le centre Pompidou, le J. Paul Getty Museum et le Tate Modern s’allient pour réhabiliter ​une des plus grandes artistes de l’entre deux-guerres. Du réalisme au surréalisme, nous voilà donc dans l’univers prolifique, déconcertant et onirique de Dora Maar. Parmi les chefs-d’œuvre : le fameux Portrait d’Ubu, héros de l’absurde, créature hybride qu’on ne peut vraiment identifier ou encore Le Simulateur, photomontage d'un garçon qui s'arque à l'envers, les yeux blancs, entre des voûtes inversées. De quoi nous laisser scotché et ahuri par tant d’émulsion créative !

Le petit plus si on veut prolonger l'effet Dora ? Le roman d’Alain Vircondelet L’exil est vaste mais c'est l’été, sur la romance de Dora et Picasso, aux éditions Fayard.

Découvrez également l’expo Calder Picasso au Musée Picasso et toutes les meilleures expos parisiennes à ne pas manquer.

14 € l’entrée. Dora Maar, du 05 Juin au 29 juillet 2019 au Centre Pompidou. Ouvert tous les jours de 11h à 21h sauf le mardi . Nocturne le jeudi  jusqu’à 23h Toutes les infos sur www.centrepompidou.fr

Jacqueline Bijou

Où le trouver ?

Centre Pompidou

Place Georges Pompidou

75004 Paris

01 44 78 12 33

centrepompidou.fr

Autres suggestions

La semaine de Do It

Nos dernières nouveautés

Les + lus